Pastoralisme : la mise en place d’un observatoire régional sur la transhumance au cœur d’une rencontre de haut niveau
Vendredi, 27 août, 2021 - 17:30

Les acteurs et partenaires du pastoralisme en Afrique de l’Ouest et au Sahel, sur initiative conjointe de la CEDEAO, du CILSS et du Programme Frontière de l’Union Africaine financé par la GIZ, se retrouvent du 2 au 4 septembre 2021 à Abuja pour réfléchir et jeter les bases d’un observatoire régional de la transhumance en Afrique de l’Ouest. L’observatoire est perçu comme un instrument à terme d’aide à la décision pour réguler efficacement les systèmes d’élevage mobiles. Cette rencontre se tient dans le cadre de la mise en œuvre du Projet élevages et pastoralisme intégrés et sécurisés en Afrique de l’Ouest (PEPISAO) financé par l’AFD et coordonné par la CEDEAO, en collaboration avec le CILSS.

Selon l’Alinéa 2 du préambule de la décision ADEC/05/10/98 des chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO relative à la réglementation de la transhumance dans l’espace CEDEAO, tous les États membres de la CEDEAO reconnaissent que la transhumance est utile à la sauvegarde et à l’accroissement de la production du bétail. Malgré cette reconnaissance, la perception de nombreux acteurs sur la transhumance s’est considérablement détériorée depuis quelques années. Les amalgames et les stigmatisations de l’activité ont été amplifiés par l’occurrence de certains phénomènes comme l’insécurité sur fond d’exacerbation des conflits de tous genres. Cette situation est en partie tributaire du  fait que les décideurs aux niveaux territorial, national et régional ne disposent pas de données et d’informations de qualité pour définir et mettre en œuvre des politiques et stratégies adaptées (effectif des animaux engagés dans la transhumance, tant infra nationale, que transfrontalière ; points de départ, couloirs empruntés et zones d’accueil ; quantités de lait produites, collectées et transformées dans les bassins d’élevage ; contribution à l’économie locale, contribution au budget des collectivités, au PIB des États, à la création d’emplois ; investissements opérés pour sécuriser l’activité ; fréquence des conflits agriculteurs/éleveurs et leur ampleur ; etc.).

Face à cette situation, et pour combler les besoins en termes d’informations et de données, la CEDEAO, l’UEMOA, le CILSS et leurs partenaires ont décidé conjointement de réunir les acteurs de l’élevage mobile pour asseoir des fondements solides nécessaires à la mise en place d’un observatoire régional. Cet outil permettra à la région de disposer d’un dispositif robuste unique et intégré permettant de collecter des données et de produire des informations sur les retombées et autres impacts des systèmes d’élevage mobiles, de façon à pouvoir évaluer le gain net que les parties prenantes tirent de ce système de production animale.

Lors de cette rencontre de trois jours, il s’agira de : (i) faire une analyse des forces et des faiblesses des dispositifs d’information pastorale d’envergure régionale qui produisent des 

données et des informations portées par les institutions techniques, les ONG et les réseaux d’OPR ; (ii) définir les orientations à donner à l’observatoire régional de la transhumance en Afrique de l’Ouest et au Sahel ; (iii) faire un brainstorming sur les données et informations potentielles à collecter pour lancer une phase pilote de l’observatoire ; et de (iv) définir des indicateurs précis et simples de suivi pour apprécier la situation sur la transhumance en fonction des données et informations potentielles collectées.

La quarantaine de participants attendus des structures régionales et nationales et des pays échangeront pour jeter les bases d’un observatoire de la transhumance (infra et transfrontalière), sous forme d’un dispositif d’information ou d’une plateforme informative sur les systèmes d’élevage mobiles en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Cette rencontre se déroulera en deux séquences, une réunion des experts avec des communications suivies de discussions en plénière et des travaux de groupe, d’une part et une rencontre politique présidée par le Secrétaire Général du Ministère ghanéen de l’Agriculture et de l’Alimentation, dont le pays assure la Présidence en exercice de la CEDEAO.

Plus d’informations sur le projet PEPISAO : https://bit.ly/2Wo7Fz2

Plus d’informations sur le Programme Frontière de l’Union Africaine : https://www.giz.de › downloads › giz2014-fr

Pièce jointe / A Télécharger: 
Icône PDF Communiqué de presse