Description du projet

L’Alliance Mondiale pour le Changement Climatique Plus (AMCC+ ou GCCA+)

L’Alliance Mondiale pour le Changement Climatique Plus (AMCC+ ou GCCA+), est la deuxième phase d’une initiative du même nom lancée par la Commission européenne (CE) en 2007 en vue de renforcer le dialogue et la coopération dans le domaine de la lutte contre le changement climatique entre l'Union européenne (UE) et les pays en développement les plus vulnérables.

Cette deuxième phase vise notamment à prendre en compte l’évolution des enjeux de développement et ainsi à contribuer à la réalisation des Objectifs de Développement Durable définis par les Nations Unies, et à la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

L’initiative GCCA+ continue de soutenir les pays à travers deux piliers qui se renforcent mutuellement : le dialogue politique et technique et le soutien à la mise en place de politiques nationales et régionales d’adaptation et d’atténuation au changement climatique, avec une insistance plus forte sur la gestion des connaissances sur le climat et leur communication.

Les priorités pour le GCCA+ sont les suivantes :

  1. Renforcer la capacité scientifique et technique de la sous-région pour réduire la vulnérabilité au changement climatique ;
  2. Promouvoir l'intégration des aspects du changement climatique dans les politiques, stratégies, programmes et projets de développement aux niveaux sous régional et national ;
  3. Soutenir le développement et la mise en œuvre de programmes et de projets sous régionaux et nationaux sur l'adaptation au changement climatique.

L’initiative GCCA+ se décline en i) un volet « Global » composé de programmes déclinés par pays sous la supervision des Délégations locales de l’UE, et ii) un volet «Intra ACP» sous coordination du Secrétariat ACP à Bruxelles. Ce dernier volet est lui-même divisé en volets sous régionaux et Expertise France a été désignée pour gérer la délégation de fonds pour l’Afrique de l’Ouest.

Le volet régional Afrique de l’Ouest : projet GCCA+ Afrique de l’Ouest

Le projet GCCA+ Afrique de l’Ouest est mis en œuvre par Expertise France pour un budget de 12.1 M€ sur 5 ans, et bénéficie de deux ancrages régionaux : le leadership politique par la CEDEAO, et un ancrage technique au niveau du CILSS, qui mettra par ailleurs en œuvre une partie des activités.

Le projet vise à participer à l’effort régional ouest-africain de mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat grâce, notamment, au renforcement de capacités des institutions régionales de l’Afrique de l’Ouest, mais aussi grâce à l’émergence de solutions de terrains innovantes pour renforcer la résilience climatique des acteurs agricoles et ruraux.

Suite à une phase de préfiguration d’un an, la mise en œuvre du projet est prévue pour durer 4 ans, de 2019 à 2022, et se concentrera sur les axes suivants :

  1. le renforcement du leadership institutionnel de la CEDEAO sur le climat à travers l’émergence de stratégies régionales et de dispositifs communautaires à destination des pays membres,
  2. l’appui à la mise en œuvre opérationnelle par les pays de leurs engagements pris lors de l’Accord de Paris,
  3. le renforcement des capacités des négociateurs et des délégations régionales dans le cadre des négociations annuelles de la CCNUCC, pour faire émerger des positions régionales communes,
  4. la facilitation de l’accès aux financements climat, notamment du type Fonds Vert, à travers le renforcement des capacités en ingénierie de projets des acteurs institutionnels et privés ayant la capacité à endosser des projets d’envergure pour la région,
  5. La mise à disposition d’offres de formations diplômantes sur les changements climatiques dans la région, et d’offres de formation continues plus grand public en e-learning,
  6. Le financement de projets pilotes d’adaptation dans le secteur du développement rural et de l’agriculture résiliente à travers le lancement d’un appel à projets.

La phase de préfiguration d’un an a notamment visé à :

  • Définir la gouvernance du projet et le partage des responsabilités,
  • Définir la vision stratégique et les activités s’inscrivant dans celle-ci pour permettre de répondre aux résultats attendus,
  • Mener une étude préliminaire de diagnostic sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris dans la région et les leviers à actionner auprès des institutions régionales et des pays pour faciliter celle-ci.

Pour information, les 6 grands résultats du projet sont les suivants :

  • RA1 : La CEDEAO et ses organismes spécialisés développent des capacités opérationnelles et institutionnelles répondant aux besoins des pays membres (+ Tchad et Mauritanie) dans les domaines de concentration de l'AMCC+, dans les négociations sur le climat et dans la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le Climat.
  • RA2. Les stratégies et priorités régionales (CEDEAO) et nationales (pays membres +2) en matière de changement climatique pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le Climat dans les pays membres sont renforcées et leur mise en œuvre est soutenue.
  • RA3. Des projets-pilotes d'adaptation, incluant les solutions basées sur une approche écosystémiques, déjà testés et mis en œuvre dans les pays de la CEDEAO, servant de référence, sont démultipliés.
  • RA4. Des outils d'aide à la décision et des connaissances sur les bonnes pratiques en matière d'adaptation au changement climatique sont diffusés aux niveaux politique et de la société civile.
  • RA5. Les capacités des instituts techniques, universités et centres régionaux à fournir des services de formation, recherche et accompagnement de l’innovation dans les secteurs liés à l'adaptation et à l'atténuation du changement climatique sont renforcés.
  • RA6. Dans la perspective de futurs soutiens par la finance et les investissements climatiques, des démarches innovantes associant le public et le privé en faveur de la résilience climatique et économique sont préparées et testées.

Structure de mise en œuvre

Expertise France a monté une Unité régionale de Coordination du Projet (UCP), hébergée au sein de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) de la CEDEAO, basée à Lomé (Togo), qui a le mandat de suivre et appuyer la mise en œuvres de projets régionaux sous portage de la CEDEAO.

L’équipe de l’UCP est pour le moment composée de 4 personnes : une coordinatrice, une assistante technique, une responsable administrative et financière, et un responsable suivi-évaluation.

Un responsable appel à projets et un chargé de communication devrait rejoindre l’équipe d’ici 2019.

Le projet disposera également d’un ancrage directement au sein de la Commission de la CEDEAO à Abuja, en lien direct avec l’UCP, par la présence d’un assistant technique sur la finance climat.

Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre du projet Expertise France est en train de signer deux conventions de partenariats : une avec la CEDEAO pour l’hébergement de l’UCP au sein de l’ARAA et la gouvernance du projet, et l’autre avec le CILSS pour la mise en œuvre d’une partie des activités relevant de la production scientifique.

Description de la mission

L’assistant technique aura notamment aura la tâche de mener toutes les activités nécessaires à l’atteinte du résultat 6, mais aussi toutes autres activités nécessaires à la bonne exécution du projet de manière générale, à l’appropriation par la CEDEAO des enjeux « climat » et notamment ceux liés aux financements, et la bonne circulation de l’information au sein de l’équipe projet.

Placé au sein du Département de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau (DAERE) de la Commission de la CEDEAO, il aura la tâche de définir et mettre en œuvre conjointement avec l’UCP et le DAERE le programme de travail relatif à l’atteinte du résultat 6, à partir des orientations stratégiques et pistes d’activités déjà définies au préalable dans la phase de préfiguration du projet.

Ainsi il aura la responsabilité de mener les activités suivantes (liste non-exhaustive) :

Activités préalables

  • Effectuer une cartographie des opportunités/sources de financements climat (y compris des solutions « innovantes »), notamment par nature, secteur, cible ; effectuer une cartographie des flux actuels vers la région (origine, porteurs de projets, nature) et des acteurs accrédités fonds vert actifs, ainsi que ceux en cours d’accréditation ;
  • Proposer un programme de travail et participer à sa mise en œuvre, avec l’appui de l’UCP : rédaction des termes de références pour l’expertise perlée, pour les formations et/ou d’ateliers ; animation des formations, accompagnement et pilotage des experts courts-termes ;

Au niveau des acteurs identifiés de la région pour l’émergence de financements climat :

  • Accompagner dans le cadre du projet, selon un programme de travail préalablement établi, l’accès aux financements pour des porteurs de projets issus de la région, notamment les Etats Membres : renforcer les capacités en ingénierie de projet, former aux procédures d’accès, faciliter la conception des notes conceptuelles et détaillées, appuyer les processus de soumission ;
  • Accompagner, s’il est jugé nécessaire, des entités dans leurs processus d’accréditation ;

Au niveau de la CEDEAO :

  • Participer aux réflexions sur la mise en œuvre d’un système de Monitoring, Reporting, Verification (MRV) régional sur la finance climat en liaison avec les États membres ;
  • Participer avec la CEDEAO et l’UCP à l’identification d’opportunités de financements pertinentes pour un portage régional, pouvant être exploitées dans le cadre du projet et favoriser un effet de levier en termes de financements ;
  • Contribuer à la réflexion au niveau régional sur la création de mécanismes/outils de financements adaptés et « innovants », notamment par l’animation d’un dialogue technique cohérent vis-à-vis de la stratégie et des priorités d’intervention du DAERE de la CEDEAO ;
  • Animer et faciliter l’opérationnalisation des mécanismes de financements régionaux, et des opportunités de financements ;
  • Agir en tant que « point focal technique climat » pour répondre aux sollicitations de conseils du DAERE dans la mise en œuvre de leurs activités ;
  • Assister le DAERE à développer sa collaboration avec les autres départements techniques de la Commission de la CEDEAO pour une meilleure prise en comptes des enjeux climat dans les autres secteurs ;
  • Participer au renforcement des capacités institutionnelles sur la prise en compte du climat et à l’émergence d’un leadership régionale sur la question ;
  • Agir comme point focal pour le projet au sein de la CEDEAO.

Au niveau de l’équipe projet :

  • Agir comme relais de l’UCP au sein du DAERE,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information entre l’UCP et la CEDEAO,
  • Participer à la définition et la mise en œuvre des activités de renforcement de capacités régionales en lien avec celles sur l’accès aux financements,
  • Participer/animer des réunions de suivi techniques avec l’UCP, la CEDEAO, et le CILSS,
  • Participer au reporting du projet, notamment sur le résultat 6,
  • Faciliter/accompagner les missions d’experts court-terme et des membres de l’UCP à Abuja,
  • Participer à la capitalisation du projet.

Position

Sous la supervision du Directeur de l’Agriculture et du Développement Rural (DADR) du DAERE de la Commission de la CEDEAO, l’assistant technique travaillera également en étroite collaboration avec la Direction de l’Environnement et l’Unité régionale de Coordination du Projet (UCP) basée à Lomé au sein de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA).

Le poste d’Assistant Technique est une extension de l’équipe projet, à ce titre il devra reporter régulièrement ses activités à l’UCP et notamment à la coordinatrice qui a la charge du pilotage globale du projet.

D’un point de vue opérationnel, il sera ainsi amené à fonctionner en étroite relation avec l’assistante technique de l’UCP basée à Lomé, et le responsable suivi-évaluation.

Qualifications et compétences

  • Diplôme de niveau Master en agronomie, environnement, géographie, économie du développement, finances, ingénierie de projets, relations internationales ou autre domaine équivalent ;
  • Maitrise de l’anglais et du français, à l’oral et à l’écrit ;
  • Maitrise des mécanismes de la CCNUCC, et en particulier de l’Accord de Paris, et des mécanismes de financements climat ;
  • Capacité à travailler en groupe, suivre une approche participative, faire émerger des idées et favoriser l’appropriation et l’adhésion.

Expérience professionnelle

  • Au moins 5 ans d’expérience de travail pertinente : assistance technique à maitrise d’ouvrage et/ou gestion de projets de renforcement de capacités dans les domaines des changements climatiques, de l’environnement ou de l’agriculture/développement rural, et/ou finances climat ;
  • Au moins 2 ans d’expérience sur la thématique des financements climat ;
  • Au moins une expérience d’accompagnement d’une maitrise d’ouvrage ou d’un porteur de projet sur l’accès aux financements climat ;
  • Au moins une expérience travail sur la conception et l’animation de formations ;
  • Expérience dans l’animation d’un dialogue technique et institutionnel ;
  • Au moins une expérience de travail avec une institution d’Afrique de l’Ouest ;
  • Très bonne connaissance de la région Afrique de l’Ouest et de ses enjeux en termes de changements climatiques, notamment en lien avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris ;
  • Une bonne connaissance des institutions régionales, et notamment de la CEDEAO, est un atout.

Informations complémentaires

  • Lieu de la mission : Abuja, Nigéria – l’assistant technique sera hébergé ans les bureaux du DAERE au sein de la Commission de la CEDEAO
  • Durée de la mission : 46 mois
  • Date de prise de fonction : le plus tôt possible, la disponibilité rapide des candidats sera un critère – date souhaitée de prise de poste : février 2019
  • Conditions salariales : Contrat à Durée Déterminée d’Usage (CDDU), rémunération selon profil en fonction de la grille d’Expertise France, prime d’expatriation et prime de logement.

Documents à fournir

Les candidatures doivent être envoyées par mail avec :

  • CV,
  • Une lettre de motivation.

Merci d’indiquer la référence « Candidature AT finance climat – GCCA+ » dans l’objet de votre mail de candidature.

Les candidat(e)s intéressé(e)s par cette opportunité sont invité(e)s soumettre leur dossier dans les meilleurs délais, Expertise France se réservant la possibilité de procéder à la présélection avant cette date.

Le processus de sélection des candidatures se fera en deux temps :

  • Dans un premier temps, une liste restreinte sera établie librement par Expertise France sur la base du CV et de la lettre de motivation ;
  • Dans un deuxième temps, les candidate(e)s sélectionné(e)s seront convié(e)s à un entretien.

 

N.B. : Sans réponse de notre part dans un délai d’un mois à compter de la date limite de candidature, veuillez considérer que votre candidature n’a pas été retenue.

Date limite de soumission: 
Lundi, 7 janvier, 2019 - 12:00