Système Régional Innovant de contrôle des Mouches des fruits en Afrique de l’Ouest

Durée: 
Mardi, 1 septembre, 2020 - Samedi, 31 août, 2024
Contexte: 

Afin d’apporter une riposte à la hauteur du fléau, la CEDEAO a initié, en novembre 2014, le Projet de soutien au plan régional de Lutte et de contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest (PLMF) lien PLMF, avec le soutien financier de l’UE et de l’Agence Française de Développement (AFD). La phase opérationnelle du PLMF a permis la mise en place d’un système de surveillance et de lutte qui a couvert 11 des 15 pays membres de la CEDEAO et d’encadrer les laboratoires nationaux en appuyant des protocoles de recherche, et en renforçant le Centre National de Spécialisation Fruits et Légumes (CNS-FL) de Bobo-Dioulasso. Cependant, faute de temps, les techniques mises au point n’ont pas pu être totalement finalisées et diffusées à large échelle ; de même que le système de surveillance mis en place n’a pu être consolidé et n’a pas non plus couvert l’ensemble des quinze (15) Etats membres de la CEDEAO.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet  Système Régional Innovant de contrôle des Mouches des fruits en Afrique de l’Ouest (SyRIMAO)  qui vise (i) la consolidation et la diffusion à grande échelle des résultats de la recherche ; (ii) l’extension des activités à l’ensemble des 15 pays de l’espace CEDEAO; et (iii) la prise en charge du dispositif opérationnel tant au plan régional et national par un mécanisme permettant de pérenniser ce système de surveillance et de lutte dans les 15 Etats membres de la CEDEAO.

Objectifs: 

Objectif global

amélioration des revenus des producteurs ouest africains de fruits et légumes, et particulièrement des petits producteurs, pour contribuer à la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté et à la création d’emplois dans la sous-région.

Objectifs spécifiques

  • Renforcement  et coordination des systèmes régionaux et nationaux de recherche pour mettre à disposition des producteurs des techniques de lutte efficientes à faible impact environnemental ; et
  • Maîtrise des pertes sur les fruits et légumes dues à l'infestation des insectes ravageurs, notamment les mouches des fruits, grâce à un renforcement de la structuration de la filière aux niveaux national et régional et à un système de veille et d’alertes opérationnel et pérenne.
Stratégie de mise en oeuvre: 

La stratégie d’intervention du SyRIMAO comprend, une intervention au niveau national coordonnée au niveau régional.  La mise en œuvre directe de toutes les activités du niveau régional, le suivi-évaluation, le reporting et la coordination globale du projet est assurée par une Cellule de Coordination (CC) contractualisée par la CEDEAO/ARAA. Celle-ci assure aussi la supervision des activités mises en œuvre au niveau national, la programmation des activités, la gestion de l’information et de la communication, le suivi et le monitoring des activités menées par les volets nationaux et la gestion administrative et financière.

Concernant la mise en œuvre des activités nationales, elles sont directement gérées et coordonnées par les Comités Nationaux (CN) - instance mixte à présidence alternée (public/privé) - dans les différents pays.

Plus particulièrement sur la composante RAD, le CNS-FL de Bobo-Dioulasso, appuyé par un Comité Technique et un partenariat technique avec  le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Belgique, coordonnera les activités de recherche au niveau régional et appuiera les Systèmes Nationaux de Recherche Agricole (SNRA) . Par ailleurs, le CNS-FL renforcera sar collaboration avec le CIRAD pour lequel des missions d’appui ponctuelles seront prévues à la carte et le développement de nouveaux partenariats sont encouragés. Chaque SNRA dans son pays travaillera en étroite collaboration avec le CN afin que les recherches menées soient concrètement mises à disposition des producteurs. D’autres partenariats pourront être mis en place avec d’autres institutions de recherche comme le CORAF et l’IITA.

Le Comité Scientifique qui regroupe entre autres le CORAF, l’ICIPE, le CIRAD, le Musée Royal de l’Afrique Centrale, l’IITA, etc. mènera des activités de conseil auprès de la Composante RAD. Il passera en revue les options de recherche (propositions technique et financière) qui lui seront soumises par le CNS-FL sur une base annuelle et émettra un avis sur la priorité des propositions les plus prometteuses au regard des objectifs visés de lutte efficace et peu onéreuse.

Résultats attendus: 
  • Meilleur coordination de travail entre les systèmes nationaux et régional de recherche et de contrôle phytosanitaires, vulgarisation et mise à disposition des résultats de la recherche des producteurs afin de mener une lutte efficace, efficiente et durable contre les mouches des fruits avec un faible impact environnemental ;
  • Structuration de la filière mangue au niveau national et régionale et renforcement des interactions entre les acteurs publics et privés afin de garantir la pérennisation des financements dédiés à la surveillance et à la lutte ; et
  • Organisation de la surveillance contre les mouches des fruits sur une base partenariale, multi-acteurs, au niveau national, coordination au niveau régional pour une lutte sur alertes efficace et ciblée.
https://plmf.claroline.com/#/
Autre Information Pertinente: 

Afin d’atteindre les résultats sus -mentionnés, les activités viseront à consolider les synergies entre les acteurs autour de trois thématiques : recherche et innovation, renforcement des capacités, appui aux politiques.

SyRIMAO  est décliné en trois composantes techniques interdépendantes et une coordination globale.

Composante RAD - Recherche - Action - Développement

Cette composante permettra l’établissement de liens étroits entre recherche, innovation, formation et développement se traduisant par une réelle adoption par les producteurs des bonnes pratiques agricoles, en matière de prévention et de lutte. Pour y parvenir, les principales activités de la composante sont les suivantes :

  • Appui au laboratoire régional de référence (CNS-FL) dans ses activités de mise à niveau pour devenir le Centre Régional d’Excellence en fruits et légume et dans son rôle de coordonnateur régional

 

Le Centre sera appuyé dans :

  • le fonctionnement institutionnel technique et /ou opérationnel
  • le fonctionnement du Comité technique qu’il aura la charge,
  • l’organisation des sessions ordinaires du Comité Scientifique et
  • l’appui à l’homologation des produits de lutte. 
  •  Appui à la conception et la mise en œuvre des protocoles et à la diffusion des résultats de recherche

 

Cette activité vise :

  • la validation des protocoles de recherche initiés par PLMF et non finalisés ;
  • la formation et la vulgarisation des technologies innovantes aux producteurs et
  • la diffusion des résultats de recherche 
  • Appui aux laboratoires nationaux

 

Cette activité permettra

  • l’appui au fonctionnement des laboratoires nationaux,
  • le renforcement des capacités en équipement et,
  • la formation des techniciens de laboratoire.

 

Composante ASN - Appui aux Structures Nationales publiques-privées de coordination

Elle permettra de coordonner les activités de lutte au niveau national. Les Comité Nationaux seront ainsi renforcés dans leur rôle et travailleront de manière étroite et coordonnée avec le secteur privé et leur SNRA respectif. Ils seront directement responsables des activités de plaidoyer au niveau national et organiseront les différents cycles de formation des producteurs, des agents de l’état, des personnels des secteurs public et privé. Ils assureront également le travail de suivi-évaluation des activités nationales.

Les principales activités de la composante incluent :

  • L’appui au comité Nationaux

 

L’appui portera notamment sur :

  • l’appui au fonctionnement des comités nationaux ;
  • la supervision des activités sur le terrain 
  • la participation aux rencontres régionales ;
  • l’appui à l'organisation des assemblées générales et
  • l’organisation de rencontres nationales de concertation des décideurs publics / privés
  • Renforcement des capacités nationales sur les normes et risques phytosanitaires

 

Il s’agira de renforcer les capacités des acteurs du public et du privé sur la nouvelle règlementation phytosanitaire de l’UE en partenariat avec le COLEACP dans le cadre de l’exécution de son nouveau projet « Fit For Market-SPS », à travers l’organisation :

  • de formations des agents de protection des végétaux, Opérateurs privés, et
  • de formations du personnel des services des contrôles officiels et d'inspection phytosanitaire en poste aux frontières. 
  • Structuration de la filière mangue au niveau national et régional et la pérennisation des financements

 

L’un des enjeux du SyRIMAO est la pérennisation des activités développées à l’issue de sa mise en œuvre.

Deux pistes de pérennisation seront encadrées :

  • la mise en place d’un partenariat fort entre les entreprises prives et les fournisseurs d'intrants 
  • la mise en place de mécanismes et d’instruments appropriés pour le financement des activités pour une production de qualité de la filière mangue.

 

Composante SVA - Surveillance - Veille - Alertes précoces

Cette composante vise à consolider et étendre le dispositif de surveillance et d’alertes précoces développé dans le cadre de la mise en œuvre du PLMF en impliquant et en mobilisant les producteurs de mangue et le secteur privé, les centres de recherche et les services de protection de végétaux.

Le dispositif déployé vise à obtenir des résultats des situations des productions fruitières à temps réel dans les différents agroécosystèmes de la région et apporter une réponse corrective rapide si nécessaire dans la gestion des productions de manière à optimiser l’usage des moyens de lutte. Pour y parvenir, les activités suivantes ont été retenues :

  • Extension du système de surveillance à 37 zones dans les15 pays membres de la CEDEAO,

 

Cette activité sera conduite à travers :

  • l’élaboration des plans pluriannuels de surveillance dans les pays entrants et
  • l’élaboration des plans pluriannuels de surveillance dans les pays couverts par le PLMF ;
  • l’identification des vergers et points de collecte dans les nouvelles zones des pays entrants et
  • la formation des producteurs et les entreprises d’exportations à la surveillance 
  • Collecte et analyse des données

 

Le maillage du dispositif de surveillance sera étendu afin de couvrir l’ensembles de la région, les données biotiques et abiotiques y seront collectées et analysées. Cela permettra de modéliser alerter, et prévoir les infestations et déclencher la lutte de manière efficace et efficiente contre les mouches des fruits. Le système de modélisation et d’alertes développé au cours du PLMF sera consolidé, étendu et calibré et internalisés dans l’ensemble des pays membres de la CEDEAO. Les utilisateurs de ce système dans les pays seront formés. Ce système ultérieurement pourra être étendu à d’autres ravageurs et sur d’autres cultures.

 

Les sous activités programmées d’accompagnement des pays inclues :

  • la collecte des données biotiques et abiotiques au points d’observations préalablement géo référencés,
  • l’analyse, la modélisation des données et l’émission des alertes 
  • la formation à l'utilisation du système de modélisation et d'alertes 
  • le suivi de la prise en charge des alertes émises. 

 

Composante CSE - Coordination - Suivi - Evaluation

La maîtrise d’ouvrage du programme est assurée par la Commission de la CEDEAO, à travers l’ARAA (Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation)

Sous l’égide de l’ARAA, la composante coordination et suivi évaluation assure la mise en œuvre des activités régionales telles que l’organisation des travaux de recherche, des formations et ateliers régionaux et le suivi des études à réaliser. Elle est en outre chargée de faciliter les échanges entre les différents partenaires du Projet et avec les partenaires financiers ainsi que des activités transversales telles que le suivi-évaluation du projet, les audits et les actions de communication / visibilité.

Les principales activités de la composante incluent :

  •  la coordination globale ;
  •  le suivi-évaluation et les audits ; et
  •  la communication et la visibilité du projet.
Partenaires Financiers: 
Agence Française de Développement

Pays Membres: