Projet d’appui à la sécurité alimentaire et à l’amélioration nutritionnelle – phase 2 (PASAAN 2)

Contexte: 

Le Projet d’appui à la sécurité alimentaire et à l’amélioration nutritionnelle des populations de Comé et de Grand-Popo (PASAAN) a été mis en œuvre de 2012 à 2015 par la Fondation Paul Gérin-Lajoie et son partenaire local l’APRETECTRA grâce au financement du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF). Trois grandes composantes caractérisent cette première phrase du PASAAN. La première composante s’est concentrée sur l’amélioration du rendement des productions de bananes plantains et a permis, entre autres, d’équiper et de former les producteurs de 20 villages des deux communes de Comé et Grand-Popo, dont la majorité est constituée de femmes, sur un itinéraire technique de production optimale, élaboré en collaboration avec l’Institut National de Recherches Agricoles du Bénin (INRAB). La deuxième composante du PASAAN 1 visait le développement de techniques de transformation et commercialisation efficientes des produits agroalimentaires. Elle a permis de renforcer les capacités des femmes en techniques améliorées de transformation et de stockage de produits. La troisième composante a permis de renforcer les pratiques nutritionnelles et sanitaires des communautés des 20 villages ciblés de Comé et Grand-Popo par la formation de 60 personnes relais communautaires qui, elles, organisaient dans les villages des séances de démonstration culinaire, de pesée, de causeries, etc. 

Cette phase 2 du Projet d’appui à la sécurité alimentaire et à l’amélioration nutritionnelle (PASAAN 2) a pour objectif la poursuite de la phase 1 afin de rectifier les difficultés rencontrées durant la phase 1, de renforcer les acquis, d’assurer une durabilité et une prise en charge locale de la démarche du projet et de pérenniser ses résultats. De plus, la première phase du PASAAN misant sur la production de bananes plantains, cette deuxième phase s’assurera de diversifier la production, la transformation, et la consommation de différents nouveaux produits locaux hautement nutritifs.

Objectifs: 

 

Objectifs globaux :

  • Améliorer la prise en compte des comportements alimentaires dans les interventions de développement à Comé et Grand-Popo au Bénin ;
  • Promouvoir des approches alimentaires qui valorisent les productions locales et contribuent à l’amélioration des régimes alimentaires des populations de Comé et Grand-Popo au Bénin.

 

Objectifs spécifiques :

  • Contribuer à une meilleure compréhension des comportements alimentaires au Bénin ;
  • Renforcer les bonnes pratiques nutritionnelles valorisant les ressources locales des populations de Comé et de Grand-Popo au Bénin.
Budget: 
191 595 euros
Résultats attendus: 
  • Disponibilité accrue des ressources locales à forte valeur nutritive;
  • Accessibilité accrue à des produits locaux à forte valeur nutritive;
  • Renforcement des habitudes nutritionnelles et de la gestion de la vulnérabilité alimentaire des populations de Comé et de Grand-Popo

 

Réalisations majeures du projet :

 

  • Formation des producteurs sur les produits locaux à forte valeur nutritive à privilégier, les pratiques agricoles durables, les techniques d’irrigation et d’adaptation aux changements climatiques,  l’ÉFH, la vie associative, et la gestion de financière;
  • Dotation des producteurs de semences sélectionnées et de plants de Moringa
  • Appui aux producteurs en petits matériels de travail;
  • Mise en place de champs écoles de banane plantain, soit  9,92 ha;
  • Appui aux maraîchers en motopompes;
  • Appui à la mise en place de jardins scolaires et plantation des arbres fruitiers (manguiers, orangers, papayers, plants de moringa, etc.
  • Réalisation de systèmes d’irrigation sur les champs des producteurs ;
  • Appui à l’élaboration et au financement de dossiers de microcrédit ;
  • Formation de femmes transformatrices/vendeuses sur les techniques optimales de transformation nutritive des produits locaux, l’environnement, l’ÉFH, la gestion financière, et les techniques de marketing et de vente ;
  • Appui aux femmes transformatrices/vendeuses en petits équipements de travail;
  • Organisation de coopératives simplifiées dont de producteurs et de transformatrices
  • Formation de relais communautaires sur les produits locaux à forte valeur nutritive et sur les bonnes pratiques alimentaires
  • Amélioration du système de suivi/surveillance de la vulnérabilité nutritionnelle des enfants;
  • Organisation de causeries sur la saine nutrition;
  • Organisation de démonstrations culinaires;
  • Réalisation de séances de pesées d’enfants;
  • Animation d’émissions radio sur la nutrition;
  • Formation d’acteurs scolaires (enseignants, écoliers, membres des bureaux APE, femmes intervenant dans les cantines scolaires) sur la saine nutrition;
  • Organisation de séances de sensibilisation et démonstrations culinaires dans les écoles.

 

Impacts spécifiques sur les femmes, les enfants et les jeunes :

 

Au niveau des femmes :

  • Amélioration de la qualité des produits transformés ;
  • Augmentation des revenus de vente de ces produits;
  • Maintien des nutriments dans la cuisson grâce aux séances de démonstration culinaire ;
  • Renforcement des connaissances et capacités de suivi/gestion de l’état nutritionnel de leurs enfants.

 

Au niveau des enfants de 0  à 2 ans:

  • Détection des enfants malnutris ;
  • Amélioration de l’état nutritionnel des enfants suite à l’application des conseils donnés aux mères.

 

Au niveau des jeunes producteurs: 

  • Augmentation du nombre de pieds de plants de plantain (sur 1600m², ils installent 220 à 230 plants contre 100 à 110 selon le système traditionnel);
  • Apparition rapide des premières fleurs (8 à 9 mois contre 11 à 12 mois selon le système traditionnel et augmentation du poids des régimes);
  • Augmentation des capacités de production et des revenus

 

Bénéficiaires du projet :

 

  •  Les producteurs locaux et les transformatrices regroupés en coopératives simplifiées verront leurs capacités de production, de transformation et de commercialisation de ressources locales nutritives renforcées, afin d’augmenter leur offre et accessibilité sur le marché, et ainsi augmenter leur consommation par la population.
  • Les personnes relais communautaires pour la formation nutritionnelle dans les villages, les mères d’enfants sensibilisées par ces relais.  
  • Les élèves de niveau primaire par les orientations du modèle des « Écoles amies de la nutrition ».
Partenaire Techniques: 
Centre Communaux de Production AgricoleCentres de Promotion SocialeMairies de Comé et de Grand-PopoUnion Communale des Femmes Agricultrices de Comé
Durée: 
Vendredi, 13 mai, 2016 - Lundi, 13 novembre, 2017
Pays Membres: 
Bénin