Trois ans d’appui à la mise en œuvre de la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : bilan, enseignements et perspectives
Jeudi, 7 mars, 2019 - 17:15

La quatrième réunion du Comité de Pilotage du projet d’appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest que finance l’Union européenne à hauteur de 56 millions d’euros s’est tenue à Lomé au Togo du 04 au 05 mars 2019. Elle a permis aux membres du Comité et à la Cedeao de passer en revue les progrès et les défis de la mise en œuvre de la stratégie régionale de stockage ainsi que les acquis et les enseignements de la mise en œuvre des différentes composantes du projet qui soutient cette stratégie.

Pour les stocks de proximité, les défis au plan interne se rapportent à la maîtrise des différentes opérations conduites par l’institution locale de stockage, à la disponibilité des fonds de roulement et l’accès à des lignes de crédit, à la gestion financière, etc. Au plan externe, les difficultés tiennent principalement à trois facteurs que sont (i) la volatilité des prix et le risque de « retournement du marché », (ii) les interventions des pouvoirs publics et de la Communauté humanitaire et (iii) la multiplicité et les disparités des modalités d’appui aux organisations de stockage de proximité. Dans les zones excédentaires, les contraintes sont liées (i) au processus de mise en œuvre des marchés, (ii) aux acteurs impliqués et (iii) à l'environnement externe. Les acquis portent, quant à eux, sur le renforcement des capacités des organisations de producteurs à la base qui mettent en œuvre les systèmes de stockage de proximité ainsi que l’appui à leurs réseaux régionaux et la production de référentiels régionaux.

Pour les stocks nationaux, les contraintes soulevées sont entre autres : l’absence de schéma unique de gestion des réserves, les disparités de définition et d’objectifs d’utilisation des catégories de stocks entre les pays et les disparités des modes de gestion techniques et des outils de gouvernance des stocks. Les acquis portent sur : (i) le dialogue avec les pays pour identifier les priorités et l’appui au renforcement des capacités des institutions publiques, (ii) l’appui aux pays et à la région dans l’élaboration/ actualisation des plans de contingence/réponses, (iii) le renforcement des capacités du Resogest et (iv) l’appui à l’opérationnalisation du mécanisme de mutualisation des stocks et la capitalisation des bonnes pratiques et élaboration d’un Code de conduite de gestion des stocks.

Avec l’appui du projet, les acquis de la Réserve régionale ont porté essentiellement sur la mise en place des outils de gouvernance, les procédures d’opérationnalisation et les instruments d’intervention. Les réflexions ont, par ailleurs, permis de mettre en exergue que le système régional de réserves alimentaires fondé sur trois lignes de défense est une construction de longue haleine. Dans le cadre du déploiement de la stratégie régionale de stockage, un ensemble de chantiers doivent par conséquent être privilégiés. Il s’agit entre autres de : (i) assurer le renforcement concomitant des trois lignes de défense car elles sont interdépendantes, (ii) mettre en œuvre les instruments qui assurent la transparence et l’efficience du système régional de réserves, (iii) identifier les domaines pour lesquels les performances peuvent être améliorées et les coûts réduits (acquisition, contrôle qualité, suivi).

Sur la base des résultats encourageants atteints et prenant en compte les nombreux chantiers qui restent à approfondir afin de consolider les acquis du projet d’appui, la Cedeao et les partenaires financiers qui appuient l’opérationnalisation de la stratégie régionale de sécurité (UE, AFD, AECID) ont, à l’unanimité, convenu du principe d’extension sans coût additionnel de la période de mise en œuvre opérationnelle du projet. La Cedeao entreprendra, sans délai, avec l’Union européenne les démarches administratives et juridiques de la formalisation de cette extension.