Structuration des chaînes de valeur agroalimentaires régionales : la Cedeao et les organisations professionnelles régionales se concertent pour la définition d’un cadre réglementaire régional
Mardi, 13 novembre, 2018 - 18:30

En marge de l’atelier régional tenu à Cotonou au Bénin du 5 au 7 novembre 2018 sur l’employabilité des jeunes dans le secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique en Afrique de l’Ouest, les membres du Comité de pilotage (Cedeao, Roppa, Apess, RBM, Inter-réseaux) du projet régional d’appui aux organisations des producteurs et productrices (PRAOP) ont échangé sur les termes de référence et validé la feuille de route pour la formulation d’un cadre réglementaire communautaire qui structurera les chaînes de valeurs agro-sylvo-pastorales, halieutiques et agroalimentaires.

En rappel, le marché ouest africain des produits agricoles et alimentaires connaît de profondes transformations. Longtemps dominée par des produits du cru du règne végétal et animal, sa structure se métamorphose progressivement avec l’apparition de produits transformés de mieux en mieux élaborés, standardisés et à forte valeur ajoutée.

En effet, le fait marquant des vingt dernières années est le développement des chaines de valeur de produits agricoles, de produits d’élevage et des pêches. Impulsées par les secteurs industriel et artisanal de transformation, les chaînes de valeur agroalimentaires connaissent un développement soutenu avec l’apparition de grands groupes industriels. La plupart des filières agricoles voient se développer ces chaînes de valeur dont les produits alimentent les marchés locaux, nationaux et régionaux.

L’objectif de la mission est donc d’accompagner la Commission de la Cedeao dans son processus de définition d’un cadre règlementaire régional régissant la constitution et le fonctionnement des plateformes de concertation multi-acteurs des chaînes de valeur agroalimentaires régionales. Cette définition est d’autant plus nécessaire que le marché actuel des biens et services est de plus en plus régi par les droits des affaires qui relèvent à la fois de l’acte uniforme de l’OHADA et de ceux définissant les affaires dans les pays anglophones. De ce fait, toutes les organisations économiques nationales et régionales qu’il s’agisse d’entreprises, de cadres de concertation, d’interprofessions ou de plateformes, sont appelées à subir des mutations juridiques et organisationnelles qui concilient la diversité de leurs statuts existants avec les exigences des droits modernes des affaires dans la région ouest africaine.

Le processus de formulation du cadre règlementaire est prévu pour durer jusqu’à la fin du premier trimestre de 2019. Il est financé par la Coopération Suisse et facilité techniquement par le Hub Rural.