Réussir l’agroécologie, un défi majeur pour la Cedeao
Jeudi, 28 novembre, 2019 - 23:00

Dans le contexte actuel de changement et de variabilité climatique, la mise à l’échelle des techniques de production fondées sur l’approche agroécologique de l’utilisation des ressources (terres, eaux, flore, faune, etc.) offre une opportunité aux pays de l’Afrique de l’Ouest de relever le défi de la résilience face à l’insécurité alimentaire et aux déficiences nutritionnelles qui affectent les ménages pauvres. L’intensification agroécologique constitue de ce fait, la référence pour la mise en œuvre de techniques et de pratiques agricoles et d’élevage qui valorisent les mécanismes biologiques pour une production accrue, durable et saine.

Entre autres actions entreprises dans le cadre de ses politiques sectorielles en matière d’agriculture, d’environnement et de ressources en eau, la Cedeao a mis en place, depuis 2018, un vaste programme afin d’accompagner et d’aider ses Etats membres à réussir le développement de l’agroécologie co-financé par l’Agence Française de Développement et l’Union européenne. Par les actions de ces projets, la Cedeao stimule le développement de pratiques innovantes qui optimisent la mobilisation des processus écologiques, principalement dans les zones affectées par la dégradation des terres agricoles, les problèmes de pluviométrie et la dégradation des ressources naturelles.

Dans le cadre de ce programme régional de plus de 16 millions d’euros, elle a procédé en septembre dernier au lancement d’une quinzaine de micro-projets dans les Etats membres, d’une durée de deux à trois ans, afin de déceler des pratiques agroécologiques innovantes à valoriser plus tard à l’échelle régionale. Portés par les acteurs à la base et conçus sur la base de partenariats, ces projets de terrain couvrent trois grandes thématiques à savoir, l’intensification agroécologique de la production au sein des exploitations familiales, les aménagements et la gestion collective durable des ressources naturelles au niveau des terroirs villageois, des bassins versants et des périmètres irrigués, et la valorisation des produits issus des pratiques agroécologiques sur le marché.

Pour la Cedeao, l’Afrique de l’Ouest doit bien gérer son capital ressources naturelles afin de produire plus pour nourrir convenablement une population en forte croissance.