Principales conclusions des concertations nationales pour inciter des décisions stratégiques en faveur de politiques publiques sensibles à l’agroécologie au Sénégal
Mercredi, 11 mars, 2020 - 18:00

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Agroécologie de la Cedeao en Afrique de l’Ouest, des actions de concertations nationales et régionales sont prévues et traiteront des défis majeurs pouvant faire évoluer les politiques nationales agro-sylvo-pastorales et halieutiques et les systèmes de production vers des transitions agroécologiques et des pratiques agricoles écologiquement intensives. La première série de ces concertations a démarré en janvier 2020 avec les Journées de l’agroécologie organisées par la plateforme nationale « Dynamique pour une transition agroécologique au Sénégal (DyTAES) ». L’événement qui a réuni près de 400 participants a été soutenu par le Projet d’appui à la transition agroécologique (Patae) de la Cedeao financé par l’Agence Française de Développement. Il a ainsi permis d’identifier les défis majeurs de l’agroécologie au Sénégal, des perspectives et plusieurs points d’attention en faveur d’une transition agroécologique en Afrique de l’Ouest.

Ces défis tournent autour de l’agriculture familiale, les systèmes alimentaires et la gestion des ressources productives. La transition agroécologique, et surtout l’agroécologie, du fait de sa dimension holistique est ainsi envisagée pour relever ces défis en se basant sur les principes agroécologiques définis par la FAO allant de la biodiversité, à l’économie circulaire et solidaire, en passant par la co-construction des connaissances, etc.

Sur cette base, des perspectives ont été envisagées pour inciter les décisions stratégiques en faveur de politiques publiques fondées sur l’agroécologie. Elles reposent essentiellement sur (i) la gouvernance des ressources naturelles qui exige la sécurisation foncière principalement en faveur du genre, (ii) le développement des chaînes de valeur et services aux exploitations familiales qui passe par la valorisation des céréales sèches, du riz, des produits d’élevage et plus globalement de tous les produits agroécologiques sur tous les circuits de commercialisation, (iii) la recherche-action, la formation et le renforcement des capacités qui constituent un levier primordial de l’agroécologie et des transitions agroécologiques en fournissant le substrat à la co-construction des connaissances et à l’innovation, (iv) la vulgarisation qui vise la mise à l’échelle des pratiques et innovations agroécologiques et (v) les politiques, lois et financement de la transition agroécologique et de l’agroécologie.

Les échanges ont également permis de relever les points d’attention suivants pouvant booster la transition agroécologique en Afrique de l’Ouest. Il s’agit notamment de :

  • l’amélioration de la gouvernance à travers la mise en place de conditions, lois, codes, règlements, cadres de concertation intersectoriels, et du financement pour une agroécologie à grande échelle,
  • l’amélioration de la sécurisation des bases productives (accès et gestion durable des ressources naturelles, protection et valorisation de l’agro-biodiversité locale, accès aux intrants organiques et renforcement de la résilience des systèmes de production) et,
  • la promotion de la transition agroécologique à l’échelle du terroir pour créer des emplois et favoriser la consommation des produits agroécologiques, le renforcement des acteurs déjà engagés, en particulier les jeunes et les femmes et le renforcement de la cohérence des politiques publiques avec une approche holistique, participative et inclusive.

Cette concertation nationale réussie du Sénégal devrait constituer un exemple à suivre par les autres pays membres de la Cedeao pour faire avancer les dynamiques agroécologiques dans la région.

Pièce jointe / A Télécharger: 
Icône PDF Synthèse pour les décideurs _ DyTAES _ 2020.pdf