Marchés institutionnels alimentaires: une opportunité pour les producteurs?
Vendredi, 31 août, 2018 - 12:45

Les marchés institutionnels constituent une opportunité pour les exploitations familiales locales, leur permettant d’écouler leur production. Néanmoins, les conditions pour qu’elles puissent en tirer profit sont rarement réunies. Comment les exploitations peuvent-elles faire face aux différentes contraintes des marchés, dans le but d’appuyer durablement la production locale ?

Les marchés institutionnels — perçus comme l’ensemble des contrats d’acquisition de biens et services provenant d’une entité jouissant d’un cadre légal d’existence, en vue de la satisfaction de besoins spécifiques — apparaissent de plus en plus comme un mécanisme pouvant contribuer aux objectifs de développement tels que la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) et l’élimination de la pauvreté. On les retrouve parmi les instruments utilisés tant par les pouvoirs publics que les agences humanitaires et les ONGs dans l’achat des produits alimentaires visant à (re)constituer les stocks alimentaires destinés aux opérations de distributions de vivres pour les populations, ou aux programmes de cantines scolaires. Aussi, sont-ils utilisés comme des outils permettant de promouvoir certains systèmes de production agricole, notamment l’agriculture familiale.

Marchés institutionnels et hausse de la production locale. L’importance des marchés institutionnels pour stimuler le développement agricole s’est véritablement révélée aux États africains au début des années 2000 avec l’avènement du concept visant à lier les objectifs agricoles aux programmes de lutte contre la pauvreté. Concrètement, il s’agit de nourrir les populations tout en offrant des opportunités de commercialisation aux petits producteurs. Dès 2003, nombre d’États africains ont décidé d’inclure les denrées locales dans les programmes d’alimentation scolaire, principalement approvisionnés par les marchés institutionnels. Ces programmes ont alors été lancés dans plusieurs pays.

Lire la suite sur le site de Inter-Réseaux