Lutte contre la Covid-19 en Afrique de l’Ouest : la Cedeao exprime sa solidarité au Mali à travers des dons de vivres pour les ménages les plus vulnérables.
Dimanche, 8 novembre, 2020 - 19:30

Face aux effets de la pandémie du coronavirus qui viennent aggraver les défis du Mali déjà confronté aux conséquences cumulées du terrorisme, du changement climatique et du risque d’invasion de nuisibles des cultures comme les criquets pèlerins et la chenille légionnaire, la Cedeao a apporté, le samedi 7 novembre 2020, son soutien au Gouvernement malien pour les ménages les plus vulnérables.

Cette solidarité s’est manifestée à travers des dons de vivres d’une quantité de 793 tonnes de céréales composées de mil, maïs, sorgho et riz. Le premier don est constitué de 237 tonnes de céréales et financé par le Fonds des Urgences Humanitaires de la Commission de la Cedeao pour les secours en cas de catastrophes et d’urgence aux Etats membres touchés par une urgence humanitaire. A ce premier don s’ajoute un deuxième de 556 tonnes financé par les ressources du Projet d’appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest que soutient financièrement l’Union européenne à hauteur de 56 millions d’euros.

Ces deux dons, qui viennent en complément des appuis multiformes que la Cedeao apporte au Mali depuis l’apparition de la Covid-19 dans le pays le 24 mars 2020, ont été remis au Ministre Alhamdou Ag Ilène, en charge des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine par les Commissaires Sékou Sangaré et Siga Fatima Jagne, respectivement en charge de l’Agriculture de l’Environnement et des Ressources en Eau et des Affaires sociales et Genre de la Commission de la Cedeao.

« La contribution du Fonds des Urgences Humanitaires de la Cedeao aux efforts du Gouvernement malien vise à aider les ménages les plus vulnérables à faire face aux multiples crises tout en préservant leurs moyens d’existence et leur dignité », a fait remarquer la Commissaire Jagne avant d’inviter tous les acteurs au développement à travailler de façon concertée afin de juguler les crises récurrentes auxquelles se sont ajoutés les effets pervers de la Covid-19.

Son collègue Sangaré, lui, a renchéri avec insistance que la Covid-19 affecte tous les secteurs et perturbe les systèmes de production, de stockage, de commercialisation, de transformation et de distribution des produits agricoles et alimentaires. A ce titre, le Mali et toute la région doivent tirer les enseignements nécessaires, mettre à contribution les énormes potentialités de la région pour accroître les productions animales et végétales et aller résolument vers la sécurité et la souveraineté alimentaires.

Pour le Ministre Alhamdou représentant le Gouvernement malien, ces dons alimentaires viennent à point nommé car les besoins des populations (notamment les déplacés internes et les enfants touchés par la malnutrition) en vivres sont énormes. Il a exprimé les vifs remerciements du Peuple malien à la Commission de la Cedeao et promis que son collègue, Redouwane Ag Mohamed Ali, Ministre Commissaire à la sécurité alimentaire, prendra toutes les dispositions pour que ces dons soient effectivement distribués gratuitement aux ménages les plus vulnérables.

En rappel, la Politique humanitaire de la Cedeao a pour but de prévenir, d’atténuer et de faire face à l’impact de désastres imputables à des catastrophes naturelles, que cet impact soit exacerbé par un conflit ou non. Elle vient en complément à la Politique de la Cedeao pour la réduction des risques qui se focalise sur la réduction des risques de catastrophes par la conception d’interventions visant à réduire le risque en tant qu’obstacle au développement.

Créée le 28 février 2013, à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Cedeao, la Réserve régionale de sécurité alimentaire vise notamment à compléter les efforts des Etats membres pour fournir une assistance alimentaire et nutritionnelle rapide et diversifiée en cas de crise.