Les expériences pilotes des interventions de la Réserve
Vendredi, 8 mars, 2019 - 12:00

Les décisions du Comité ad-hoc de gestion ont permis de tester ses procédures d’intervention (requêtes des pays, instruction/aide à la décision par la Cellule Info-Stocks, décision par un organe de gouvernance transitoire décidé par le Comité Technique Ministériel Spécialisé-Agriculture, Environnement et Ressources en Eau (CTMS-AERE). La mise en oeuvre des interventions et le retour d’expériences ont contribué à affiner les procédures en cours de formalisation dans le manuel de procédures. L’achat, le stockage et le déstockage des vivres dans le cadre des interventions démontrent clairement que la Réserve régionale est véritablement un instrument de solidarité régionale à consolider et à pérenniser, d’où l’importance d’accompagner les Etats dans les opérations de reconstitution (délais, spécifications techniques et qualité des produits, etc.).

Face à la situation alimentaire difficile de 2018 dans plusieurs pays ouest africains, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté ont interpellé la Commission de la Cedeao en juillet 2018 sur la nécessaire mobilisation de la Réserve Régionale - dont ils avaient décidé la constitution en 2013 -, pour contribuer à porter une assistance aux populations vulnérables. Cette mobilisation au plus haut niveau a permis d’accélérer la mise en place des organes de gouvernance, en particulier avec l’adoption du règlement portant création du Comité de Gestion de la RRSA. Les instances statutaires ont également validé le principe de la reconstitution du stock “grain pour grain” par le pays bénéficiaire d’une intervention de la RRSA au regard de la nécessité de pérenniser ledit instrument.

Face au délai d’opérationnalisation du Comité de Gestion institué, le CTMS-AERE a mis en place un organe transitoire - le Comité ad hoc de gestion de la RRSA. Ce dernier a pu instruire et décider les interventions de la RSSA et la rotation des stocks en 2018.

Chaque requête nationale a fait l’objet d’un examen et d’une note d’aide à la décision de la Cellule Info-Stocks sur la base des résultats du cadre harmonisé fournis par le dispositif d’alerte régional, et ce à l’attention du Comité ad hoc de gestion de la RRSA.

Ce dernier s’est réuni une première fois à Lomé le 3 juillet 2018 afin d’examiner les requêtes introduites par le Burkina Faso, le Cap Vert, le Niger et le Sénégal. Il a ensuite examiné la requête et décidé l’intervention au Nigéria et une rotation technique au Ghana en décembre 2018. Au 31 décembre 2018, Il avait décidé de mobiliser 13 831 tonnes au profit du Burkina Faso, du Niger et du Ghana, et plus tard en janvier 2019, 5000 tonnes pour le Nigeria avec l’engagement ferme et au plus haut niveau de ces pays à reconstituer le stock « grain pour grain ». Le tableau suivant récapitule les interventions sur le stock physique décidées par le Comité et mises en œuvre par la Cedeao. Il prend également en compte l’intervention de 2017 faite par la Cedeao au Nigeria avec les vivres de la Réserve.

Nigeria  : 5 000 tonnes    31 janvier 2019

Ghana  : 2 750 tonnes    28 décembre 2018

Burkina Faso : 4 303 tonnes  9 août 2018

Niger : 6 528 tonnes     7 août 2018 

Nigeria : 1 130 tonnes    8 août 2017

Total :  19711 tonnes

Concernant le Cap Vert dont la requête portait sur une aide financière, la Cedeao a décidé d’un appui financier de 150 000 USD sur le Fonds d’urgence humanitaire. Pour le Sénégal, la requête du Gouvernement n’a pu être satisfaite en raison de la non disponibilité de stocks de céréales de la RRSA dans le sous-espace ouest atlantique auquel appartient le Sénégal. La requête du Mali de 504 tonnes de céréales n’a pu être instruite en raison de l’attente de l’engagement de l’Etat à reconstituer le stock.

La décision du comité d’engager la rotation technique des stocks entrés en magasin en 2017 a permis de réaliser une opération au Ghana dans le cadre d’un accord entre la Cedeao et le Gouvernement pour l’approvisionnement des programmes d’alimentation scolaire. Cette opération a permis de tester les règles générales de rotation technique.

En rappel, le projet d’appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest a permis à ce jour, de constituer le stock physique à 31 422,5 tonnes de céréales constituées de maïs, de mil, de sorgho et de riz.