Le projet Renforcement des filets sociaux de sécurité au Sénégal étend sa zone d’intervention
Jeudi, 18 mai, 2017 - 17:00

A travers l’ONG Alianza por la Solidaridad (APS), la CEDEAO accompagne les filets sociaux de sécurité dans les Départements de Dagana et de Dopor au Sénégal. Ce travail se fait à travers un projet pilote de promotion de la production locale, l'introduction du moringa et le respect de l'environnement dans les cantines scolaires. Il s’agit notamment d’améliorer la situation nutritionnelle des élèves dans 10 cantines scolaires à travers des produits locaux dans 5 localités desdits départements.

Un mission de suivi organisée par l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) du 8 au 11 mai 2017 a permis de constater de visu les activités et les réalisations du projet. Composée de Messieurs Mohamed Zongo et Richard Guissou, respectivement Chef de l’administration et des finances et Chargé de planification de l’ARAA, la mission a eu pour objectif principal de finaliser la modification de la zone d’intervention du projet avec la prise en compte de Podor avec un co-financement de l’Union Européenne et vérifier la bonne mise en œuvre du projet sur les plans technique, comptable et financier conformément au Guide de gestion des projets de l’ARAA.

La mission a permis de constater le potentiel de la durabilité de l’approche en cours. En effet, la forte implication et participation des parties prenantes (les comités de gestion des écoles, le réseau des producteurs, les centres de formations professionnelles ainsi que la collectivités locales) à travers les cadres de concertation permettra la poursuite de l’action après la durée de mise en œuvre du projet. Trois écoles ont par exemple fait plus de 15 ans de gestion de cantines après le départ des interventions du PAM, ce qui veut dire que les communautés locales peuvent se prendre en charge si elles sont bien encadrées et sensibilisées. Des stratégies internes comme la participation communautaire en espèce ou en nature, la mise à la disposition des écoles des terres pour des jardins scolaires sont en train de se mettre en place car, pour les communautés, l’impact du projet est déjà visible. Le projet contribue à la liaison production-marché en assurant un partenariat avec le Réseau des producteurs. Dans les écoles, la gestion des cantines est organisée autour d’une commission de gestion de vivres, d’une commission de participation communautaire et d’une commission de restauration. Pour les enseignants, l’impact social et pédagogique du projet est tangible. Le taux d’absentéisme a baissé, le retard dans les après-midis ont pratiquement disparu et les élèves arrivent à bien assimiler les cours.

De façon globale, la mise en œuvre du projet a été jugée satisfaisante malgré quelques difficultés constatées au niveau de l’efficience du fait du retard accusé dans la mise en œuvre et au niveau de la visibilité du projet sur le terrain. Des mesures correctives seront incessamment entreprises à cet effet.

En rappel, les résultats attendus du projet sont entre autres, (i) 10 cantines sont mises en place et dotées d’équipements respectueux de l'environnement, gérées avec l'implication de tous les acteurs et dotées en produits locaux, variés et nutritifs, (ii) la production locale, la préservation de l'environnement et du genre sont promues, (iii) les élèves et leurs parents sont sensibilisés sur la malnutrition infantile et la vulgarisation de techniques de diversification alimentaire à base de produits locaux (iv) les filets sociaux de sécurité sont renforcés dans la zone d’intervention.