La Cedeao poursuit son appui à l’Association ouest africaine des engrais
Samedi, 7 novembre, 2020 - 11:15

Dans le cadre de la volonté affichée de la Commission de la Cedeao de susciter et de soutenir le développement d’un secteur privé solide des engrais en Afrique de l’Ouest, le Commissaire Sékou Sangaré en charge de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau a profité de sa mission au Mali pour remettre des dons alimentaires au Peuple malien au nom de la Commission de la Cedeao pour échanger avec les membres de la section malienne de l’Association ouest africaine des engrais (Wafa).

Cet échange, qui a eu lieu le 5 novembre 2020, a porté sur l’engagement que la Commission de la Cedeao a pris pour faciliter le développement d’un partenariat gagnant entre Wafa et la banque d’investissement de la Cedeao (BIDC) pour le financement de projets du secteur privé des engrais en Afrique de l’Ouest.

Selon le Commissaire, le traitement de ce dossier est très avancé au niveau de la BIDC car le mandat entre Wafa au niveau régional et la banque a déjà été signé. Le Conseil d’administration de la banque a également donné quitus pour la mise en place d’une ligne de crédit de près de 520 millions de dollars. Ce montant devrait aider à financer entre autres, les projets d’importation d’engrais, l’achat de camions et autres équipements pour la logistique et le transport, et la construction d’infrastructures de stockage.

Au regard de l’intérêt que suscite cette initiative auprès des partenaires, comme entre autres l’Allemagne et les Républiques arabes, le Commissaire Sangaré a encouragé les membres de Wafa à accélérer la préparation et la soumission de dossiers pertinents et bancables auprès de la BIDC pour la recherche de financement. Il a une fois de plus réitéré la disponibilité de la Commission de la Cedeao à soutenir toute initiative visant le développement du secteur privé des engrais en particulier et celui des autres secteurs de développement en général.

Pour la Commission de la Cedeao, travailler uniquement avec les ressources publiques des Etats et celles des partenaires au développement ne suffit pas pour un développement réel de la région. Le secteur privé a donc un rôle prépondérant à jouer à travers la création de richesses car le développement de la région incombe à tous ses citoyens.