La CEDEAO lance un projet d’hydraulique villageoise dans les villages transfrontaliers du Burkina Faso et du Ghana
Jeudi, 12 juillet, 2018 - 18:15

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Développement Socioéconomique des zones transfrontalières libérées de l’Onchocercose, la CEDEAO, en collaboration avec l’ONG The Hunger Project, a lancé le 20 juin 2018 dans le village de Barré au Burkina Faso, les travaux de construction de 8 forages au profit de 8 villages transfrontaliers du Burkina Faso et du Ghana. L’objectif global du projet est de contribuer à l’amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle des ménages très pauvres tout en jetant des bases d’un développement socioéconomique durable.

Ce projet permettra la construction de forages équipés de pompes à énergie solaire et l’aménagement de 4 ha de périmètres irrigués à raison de 0,5 ha par site de forage pour les cultures maraichères. Il favorisera également la mise en place de 4 groupements transfrontaliers pour l’exploitation des sites maraichers. Quatre (04) comités transfrontaliers de gestion des infrastructures, composés de 10 membres par comité dont 5 provenant de chaque village seront mis en place afin de permettre une bonne gestion des infrastructures.

La cérémonie de lancement a été coprésidée par le Haut-Commissaire de la province de Nahouri du Burkina Faso et le Ministre Régional de Upper East Region du Ghana. Les autorités Burkinabè et Ghanéennes ont marqué leur adhésion aux actions de la CEDEAO en ce sens qu’elles répondent aux besoins réels des populations bénéficiaires.

Pour le chef du village de Féo, la technologie de forages équipés de pompes à énergie solaire est une innovation qui vient répondre au besoin d’énergie pour l’exploitation agricole. Il souhaite que les actions soient étendues à d’autres villages qui ont aussi été victimes de l’onchocercose. En effet, en plus de son objectif d’amélioration des conditions de vie des populations, ce projet pilote a un caractère intégrateur des communautés du Burkina Faso et du Ghana. Il sera mis en œuvre par l’ONG The Hunger Project sur une période de 8 mois.