La Cedeao clôture le Projet de Soutien au Plan Régional de Lutte contre les Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest
Mercredi, 31 juillet, 2019 - 15:30

Hier 29 juillet 2019, s’est ouvert à Dakar au Sénégal, l’atelier régional de capitalisation des acquis et de clôture du Projet de Soutien au Plan Régional de Lutte contre les mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest que la Cedeao organise conjointement avec la Cellule de Coordination du Projet et le CORAF.

En effet, les mouches des fruits constituent une problématique importante pour le secteur horticole en Afrique de l'Ouest. Elles peuvent détruire 50 à 80% des productions fruitières. En 2006 par exemple, elles ont provoqué l’interception de cargaisons aux frontières de l’Union européenne d’une valeur de 9 000 000 euros d'exportations de mangues, soit plus d'un tiers de la valeur totale des expéditions de cette année-là. L'impact négatif de ces ravageurs sur les performances physiques (rendements), économiques (revenus), commerciales (exportations, compétitivité) et financières des filières fruitières (la filière mangue, notamment) est très important.

Afin de faire face à ce fléau, la Cedeao a mis en place en 2015, avec le soutien financier de l’Union européenne et de l’Agence Française de Développement et la contribution de la Cedeao et de ses Etats membres, un plan de riposte à travers le Projet de Soutien au Plan Régional de Lutte contre les Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest.

Après quatre ans et demi de mise en œuvre, le Projet de Soutien au Plan Régional de Lutte contre les mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest a fait d’importantes réalisations qui ont impacté la filière mangue dans les pays bénéficiaires parmi lesquelles (i) la mise en place d’un système de surveillance opérationnel qui permet de suivre les infestations des mouches des fruits et l’émission d’alertes précoces accompagnées de conseils permettant aux producteurs et aux services régaliens de protection des végétaux de prendre les mesures efficaces de contrôle des mouches des fruits, (ii) le renforcement des capacités des producteurs et techniciens aux techniques de lutte intégrée et la mise à disposition des producteurs de produits homologués de lutte contre les mouches des fruits et enfin (iii) le renforcement des capacités techniques des producteurs, des inspecteurs phytosanitaires et leur dotation en matériel adéquat d’inspections et/ou de laboratoire.

Ces acquis ont contribué à impacter positivement et significativement la filière mangue des pays bénéficiaires du projet par notamment (i) la réduction de 57% des interceptions des mangues aux frontières de l’Europe et (ii) l’augmentation de 40% les exportations de mangues de l’espace Cedeao vers l’Europe.

L’atelier de Dakar a pour objectif de partager les acquis, mais également les insuffisances et tirer surtout les leçons apprises pendant la période de mise en œuvre. Il regroupe, entre autres, les représentants des partenaires techniques et financiers, de la Cedeao, des représentants des comités nationaux et des systèmes nationaux de recherche agricole.

Avec l’expérience de ce projet pilote de lutte contre les mouches des fruits mis en œuvre par le Consortium Sogerom, Coleacp, Berd et le Coraf, la Cedeao a accumulé des acquis importants  qui lui permettent de s’inscrire dans une perspective de gestion globale de la protection des végétaux contre les ravageurs avec pour objectif de (i) réduire les pertes de rendements, (ii) améliorer les revenus des producteurs, (iii) renforcer la sécurité alimentaire et (iv) réduire la pauvreté en Afrique de l’Ouest.

En rappel, le Projet de Soutien au Plan régional de Lutte et de Contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest couvre l’ensemble des pays de la Cedeao, notamment en ce qui concerne la diffusion des résultats de la recherche, l’information et la sensibilisation. Les actions ont toutefois été concentrées sur le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mali, le Nigeria, le Sénégal et le Togo, onze pays pour lesquels la lutte contre les mouches des fruits représente un enjeu économique majeur.