L’Union européenne apporte son soutien au Programme Agroécologie de la Cedeao
Mardi, 23 juin, 2020 - 12:30

Lancé en 2017, le Programme Agroécologie de la Cedeao a démarré ses activités dans le cadre d’un premier projet financé par l’AFD (8 M€) pour accompagner la transition agroécologique dans la région. Ce premier Projet d’appui à la transition agroécologique (Patae) en Afrique de l’Ouest vise à favoriser le développement, l’adoption et la diffusion de pratiques agricoles écologiquement intensives au sein des exploitations familiales, afin de contribuer à leur résilience face aux impacts du changement climatique et à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations ouest-africaines.

Il s’inscrit dans la mise en œuvre de deux des quatre objectifs stratégiques (OS) de l’Ecowap à l’horizon 2025 à savoir (i) contribuer à accroître la productivité et la production agro-sylvo-pastorale et halieutique via des systèmes de production diversifiés et durables, et réduire les pertes post-production (OS1) et (ii) promouvoir des chaînes de valeurs agricoles et agroalimentaires contractuelles, inclusives et compétitives, … » (OS2).

Depuis 2019, l’Union européenne vient en appui à ce Programme avec un complément de financement de 8,2 M€ à travers le Projet d’appui à la diffusion et à la mise en œuvre de bonnes pratiques d’intensification agricoles durables (Paiad) en Afrique de l’Ouest.

Pour la mise en œuvre de ce projet d’une durée de 5 ans, la Commission de l’Union européenne a délégué l’essentiel de sa contribution financière à l’Agence Française de Développement (AFD). Comme pour le Patae, la maitrise d’ouvrage de ce nouveau projet est assurée par la Commission de la Cedeao, via son Département de l’agriculture, de l’environnement et des ressources en eau et son Agence d’exécution régionale pour l’agriculture et l’alimentation (Araa), ce qui permettra de veiller à la cohérence et de renforcer la synergie entre les deux projets.

Le Paiad doit contribuer à renforcer la résilience des populations et la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il vise à accompagner la transformation de l’agriculture et de favoriser l’émergence, l’adoption et la promotion à grande échelle de pratiques innovantes d’intensification agricoles durables dans le domaine de la production agricole, principalement dans les zones affectées par la dégradation des terres agricoles, les problèmes pluviométriques et la dégradation des ressources naturelles.

Il couvre les 15 Etats membres de la Cedeao et est mis en œuvre sous la coordination de l’Araa avec l’assistance technique de l'Association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière (AVSF), l’Institut de recherche et d'application des méthodes de développement (Iram) et l’Institut africain pour le développement économique et social (Inades Formation).

Compte tenu des restrictions de mobilité et d’intervention imposées par les mesures d’atténuation de la pandémie actuelle de la Covid-19, les activités prévues en 2020 dans le cadre du Programme portent sur le diagnostic (i) des centres de formation en agroécologie et en agriculture durable, (ii) des dispositifs d’appui-conseils et de vulgarisation au niveau des organisations paysannes agricoles (OPA), (iii) des partenariats entre les OPA et les centres de recherche pour la diffusion des produits de la recherche et (iv) la nomination de correspondants nationaux complémentaires, agents des ministères en charge du secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique pour faciliter la mise en œuvre du Programme dans l’ensemble des 15 Etats membres de la Cedeao.

Le Programme mettra, par ailleurs, l’accent sur les premières capitalisations des résultats des systèmes de gestion de la fertilité des sols, les concertations nationales sur les thématiques d’agroécologie pouvant faire évoluer les programmes nationaux d’investissements agricoles et de sécurité alimentaire, et le démarrage de la mise en œuvre du plan de communication et de visibilité.