Communiqué Final : Atelier de réflexion stratégique régionale pour l’action climatique et le lancement du projet GCCA+ Afrique de l’Ouest (GCCA+ AO) Lomé, Togo, 11-13 septembre 2019
Vendredi, 13 septembre, 2019 - 16:30

A l’initiative de la Commission de la CEDEAO et sur invitation de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA), s’est tenue, du 11 au 13 septembre 2019 à Lomé en République Togolaise, l’atelier de réflexion stratégique régionale pour l’action climatique et le lancement officiel du projet Alliance Mondiale contre les Changements Climatiques plus (AMCC+ ou GCCA+ en anglais) Afrique de l’Ouest.

L’objectif était d’initier la réflexion autour d’une stratégie régionale climat ancrée au niveau de la CEDEAO et de lancer officiellement le projet « Alliance Mondiale contre les Changements Climatiques plus (GCCA+ ou AMCC+) Afrique de l’Ouest ». L’objectif général du projet est de contribuer à l’accroissement de la résilience des pays et populations de la CEDEAO face aux défis des changements climatiques et à l’atteinte des objectifs de développement durable de l'ONU, en particulier son objectif 13 « Prendre des mesures urgentes pour lutter contre les changements climatiques et ses impacts » afin de réduire la pauvreté et promouvoir le développement durable.

Les travaux ont été placés sous la co-présidence du Commissaire chargé de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources Naturelles de la CEDEAO, M. Sékou SANGARE, et le Ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection de la nature du Togo, Prof. David WONOU.

Ont pris part aux travaux les institutions et organisations, parties prenantes de l’action climatique dans la Région suivantes : 

  • Les Représentants des 15 Etats membres de la CEDEAO ;
  • Le Département de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources Naturelles (DAERN) de la CEDEAO ;
  • Le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) : Secrétariat Exécutif et Centre Régional AGRHYMET (CRA) ;
  • L’UEMOA ;
  • L’Union Africaine (UA) ;
  • L’ICRISAT/CCAFS ;
  • Le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF/WECARD) ;
  • Le African Center of Meteorological Application for Development (ACMAD);
  • Le Comité des Directeurs de la Météorologie des pays membres de la CEDEAO ;
  • La Commission Climat Sahel ;
  • L’Union Internationale pour la conservation de la Nature (UICN) ;
  • La représentation sous-régionale du Green Climate Fund (GCF) ;
  • Le Centre Régional de Collaboration (CRC) de Lomé;
  • Le West African Alliance on Carbon Markets and Climate Finance (WACC);
  • Enda Energie;
  • Le Centre Technique de coopération Agricole et rurale(CTA);
  • Le Climate Analytics ;
  • La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) ;
  • La Banque pour l’Investissement et le Développement de la CEDEAO (BIDC) ;
  • La Banque Africaine de Développement ;
  • La Délégation de l’Union Européenne au Togo ;
  • Expertise France : l’agence française de coopération technique internationale ;
  • Le Réseau des Organisations Professionnelles Agricoles et Paysannes de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA);
  • Le Hub Rural ;
  • Le WABICC ;
  • La facilité Adapt’Action de l’Agence Française de Développement (AFD).

Les participants ont réaffirmé l’urgence d’un engagement fort pour la lutte contre les changements climatiques compte tenu du niveau très préoccupant de la vulnérabilité des pays, de leur potentiel d’atténuation et de leurs besoins élevés en moyens techniques et financiers.

Dans le prolongement de la Déclaration de Niamey du 28 avril 2015 des Ministres de l’environnement de la CEDEAO et du CILSS, les participants réitèrent l’importance d’une action collective et concertée pour soutenir la mise en œuvre effective des CDN et de l’Accord de Paris.

Compte tenu des priorités communes identifiées par les pays dans leur CDN, de leur attachement à l’intégration régionale et de la nature transfrontalière des impacts des changements climatiques, les participants ont souligné la pertinence et la nécessité d’un renforcement de l’approche régionale pour plus de coordination et de solidarité dans l’action climatique en Afrique de l’Ouest, à travers la préparation de projets, la mobilisation des financements, le renforcement des capacités et le suivi-évaluation.

Considérant les principes fondateurs de subsidiarité, de solidarité, de complémentarité et de coopération, les participants reconnaissent que la CEDEAO peut et doit jouer un leadership politique encore plus fort pour une accélération des politiques climatiques dans les États membres de la CEDEAO.

Pour ce faire, les participants recommandent à la CEDEAO de i) Rendre les engagements climat robustes et réalistes, ii) Favoriser le changement de paradigme dans la région iii) Encourager la création d’un environnement favorable à l’investissement dans l’action climat iv) Soutenir la satisfaction des besoins exprimés par les plus vulnérables face aux impacts des changements climatiques v) Agir ensemble de manière coordonnée vi) Mobiliser des financements additionnels et innovants pour les initiatives transnationales.

Les participants appellent la CEDEAO, y compris l’UEMOA, à inscrire leurs recommandations en axes prioritaires dans le cadre d’une stratégie régionale climat.

Les participants saluent et appellent les partenaires techniques et financiers à soutenir l’élaboration de cette stratégie régionale climat et à placer les financements des actions climat dans la région en cohérence avec cette dernière.

En réponse à l’appel des participants, une feuille de route (jointe en annexe) a été adoptée devant mener à l’élaboration et à l’adoption par la CEDEAO d’une stratégie régionale climat en 2020.