Briefing sur la Publication de la CEDEAO sur le riz - Première édition (2019)
Jeudi, 17 décembre, 2020 - 16:45

Ces dernières années, la consommation alimentaire s'est orientée vers le riz en Afrique subsaharienne, où le riz constitue la plus grande source de calories et la céréale qui connait la croissance la plus rapide. Cette évolution est particulièrement stratégique en Afrique de l'Ouest où la préférence et la demande croissantes pour le riz dépassent de loin les capacités de l’offre locale. Cette tendance va probablement s’accentuer avec l'urbanisation galopante, la croissance démographique et le faible lien systémique entre les acteurs et les parties prenantes de la chaîne de valeur du riz. La production locale de riz dans l’espace CEDEAO ne répond qu'à 60 % de la demande actuelle, en partie parce que l’augmentation des rendements de 1,03 % par an au cours des cinq dernières années (2013-2017) ne correspond pas au taux de croissance démographique de 2,73 % par an au cours de la même période (ECOAGRIS).

En 2017, la consommation de riz en Afrique de l'Ouest était de 15,86 millions de tonnes et elle devrait atteindre 22 millions de tonnes d'ici 2025 sur la base des tendances observées sur une période de cinq ans, de 2013 à 2017. Il s'agit d'une augmentation de près de 40 %, la consommation par habitant devant également passer de 43 kg en 2017 à 49 kg en 2025.

L'insuffisance de l'offre a été compensée par des importations massives en provenance d'Asie, une tendance à la hausse observée qui n'a fait que s'atténuer au cours des quatre dernières années grâce aux divers efforts déployés dans la région. À cet effet, le coût des importations de riz non seulement continue de peser lourdement sur les balances commerciales de la sous-région, mais épuise également les maigres réserves en devises et sape les capacités locales de production de riz et sa chaîne de valeur.

L'incapacité de l'Afrique de l'Ouest à atteindre l'autosuffisance en riz est le résultat de plusieurs contraintes majeures dans la chaîne de valeur du riz qui nécessitent une correction urgente pour endiguer la tendance à la dépendance vis-à-vis des importations. En conséquence, l'Offensive Régionale pour une relance durable et soutenue de la production de riz en Afrique de l'Ouest a été adoptée par le Conseil des Ministres de la CEDEAO en 2014. Il s'agit d'un mécanisme clé mis en place pour relancer la production de riz et réduire considérablement les importations de riz d'ici à 2025 dans la région. Au niveau des pays, la deuxième génération de stratégies nationales de développement du riz est en cours de préparation dans les États membres de la CEDEAO, et beaucoup d'entre eux imposent des restrictions à l'importation de riz pour permettre le développement des chaînes de valeur locales du riz.

Par conséquent, cette « Publication de la CEDEAO sur le riz" présente des preuves, un résumé des progrès et des initiatives en cours dans le secteur du riz et souligne la nécessité d'accélérer les investissements dans l’espace CEDEAO pour le développement continu de la chaîne de valeur du riz. Ces faits doivent être pris en compte, soigneusement analysés et utilisés comme guide pour s'assurer que l'"Offensive riz" contribue à la transformation agricole régionale. Cet ouvrage a bénéficié de l’appui de Grow Africa et de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), qui ont fourni le contexte, ainsi que de l'Initiative pour la compétitivité du riz africain (CARI), qui a apporté son soutien à sa production.