Transition agroécologique des maraîchers de Côte d’Ivoire (TAMCI)

Contexte: 

Lieu : Côte d’Ivoire, région de Yamoussoukro

En Côte d’Ivoire, le maraîchage est une activité importante du fait des revenus et des aliments à haute valeur nutritionnelle qu’il procure. Selon le Recensement National Agricole de 2001, 0,5% de la surface cultivée est consacré au maraîchage auquel il faut ajouter des cultures légumières non irriguées associées aux céréales (gombo...). En 2009, la Côte d’Ivoire produisait entre 400 000 et 500 000 tonnes de légumes dont le gombo (121 000 t), l’aubergine (81 000 t), le piment (106 000 t), la tomate (29 000 t), etc. Parallèlement, pour couvrir la demande interne, plus de 100 000 tonnes de produits maraîchers auraient été importés d’Europe en 2009 dont 72 000 t d’oignon et 25 000 t de pomme de terre (Etude de la stratégie de développement des cultures vivrières, 2014). Peu d’informations précises sont disponibles sur les flux de produits maraîchers provenant du Burkina Faso, du Mali et du Niger malgré leur importance.

 

Objectifs: 

Objectif général 

Construire un dispositif d'appui-conseil à la transition agroécologique dans la filière maraîchère contribuant à favoriser des pratiques agricoles durables, à assurer une rémunération juste des producteurs agricoles et offrir une meilleure qualité de produits aux consommateurs. 

Objectifs spécifiques

  • Mise au point de pratiques agroécologiques adaptées au contexte et aux systèmes d'exploitation agricoles ;
  • Opérationnalisation de dispositif humain et organisationnel de conseil pour la diffusion des techniques agroécologiques ;
  • Renforcement de capacités des producteurs et mise au point de nouveaux itinéraires techniques gâce à un accompagnement technique ;
  • Valorisation des produits locaux issus de l'agroécologie sur le marché au bénéfice des agriculteurs. 
Budget: 
389 200 €
Résultats attendus: 
  • Adaptation des pratiques agricoles écologiquement intensives et durables, à la zone d’intervention et aux besoins et mise au point des contraintes des agriculteurs ;
  • Capacité d'appui des formateurs-conseillers agricoles a l'endroit des agriculteurs et leurs organisations dans la transition écologique ;
  • Améliorent des performances techniques et financières des exploitations familiales par les producteurs agricoles et leurs organisations ;
  • Commercialisation dans de nouveaux circuits plus courts et plus rénumérateurs des produits locaux issus de l'agroécologie. 
Partenaires Financiers: 
Agence Française de Développement
Partenaire Techniques: 
Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement)

Member Countries: