Stratégie Opérationnelle d’amélioration de la productivité des cultures à intérêt nutritionnel en Côte d’Ivoire

Contexte: 

La problématique de l’accès à une alimentation saine et en quantité suffisante pour les populations se pose avec acuité en Côte d’Ivoire surtout en zones rurales. Plus de 12% de la population rurale sont en insécurité alimentaire (PAM, 2009). Le retard de croissance oscille autour de 30% et la malnutrition aiguë est jugée précaire avec un taux de 7,5% au niveau national et 10% en zones nord et nord-est (Smart, 2011 et 2012). Environs 60% des enfants sont à risque d’avitaminose A. Une femme sur dix est émaciée et plus de la moitié des femmes en âge de procréer présente des carences en vitamine A. Malgré quelques performances enregistrées dans le secteur agricole (9% en 2013-2014) et industriel, l’agriculture ivoirienne reste encore confrontée à une faible compétitivité. Il se pose en effet le défi d’assurer à tout moment, à l’ensemble des populations, un accès équitable à une alimentation diversifiée, suffisante et saine afin de contribuer à l’amélioration de l’état nutritionnel et la réduction de la pauvreté dont le taux est passé de 38,4% en 2002 à 48,9% en 2008. Le milieu rural reste le plus affecté par la pauvreté avec un taux de 62,5% contre 29,5% en milieu urbain. Dans les régions de savane, au Nord de la Côte d’Ivoire, les effets des aléas climatiques et des activités humaines ont accentué la problématique de l’infertilité des sols. Cela affecte les rendements agricoles et donc les niveaux de consommation et de revenus des familles paysannes. Les évaluations agricoles conduites durant les dix dernières années ont montré que la problématique de l’accès aux engrais et produits phytosanitaires est un frein au développement des cultures vivrières malgré les subventions de l’Etat aux producteurs de coton qui ont permis une réduction du prix de cession de l’engrais NPK et de l’Urée de 25% (prix de cession : 170-190 FCFA/Kg dans le nord contre 500 FCFA/kg dans les autres localités). De plus, les marchés ruraux et urbains sont fortement envahis par les engrais de contrefaçon et de mauvaise qualité.

Objectifs: 

Le projet a pour objectif de mettre en place des modes de cultures innovant adaptés à chaque sol utilisant des fertilisants naturels fabriqués à partir d’intrants organiques disponibles  et proposer des modes de fertilisation des sols afin de garantir une meilleure productivité des aliments à haute valeur nutritive.

Budget: 
199 707 USD
Résultats attendus: 
  • des techniques culturales spécifiques et  applicables sont mises en place ;
  • les groupements sont sensibilisés sur les avantages nutritionnels ;
  • des cultures sont identifiées et les possibilités de composition alimentaires sont diversifiées ;
  • la production agricole est de meilleure qualité nutritionnelle ;
  • un bon rendement à la production des cultures est obtenu ;
  • des méthodes améliorées de lutte contre la dégradation des sols sont mises en place.

 

Partenaires Financiers: 
Hellen Keller International
Partenaire Techniques: 
Ministère en charge de l'agriculture de la Côte d’Ivoire
Durée: 
Vendredi, 1 juillet, 2016 - Dimanche, 1 juillet, 2018
Pays Membres: 
Côte d’Ivoire