Projet d’Appui à l’Amélioration des Systèmes d’Elevage pour l’Accroissement de la Productivité Animale en Guinée Forestière (PAASEAPA/GF)

Contexte: 

Porteur du Projet : Réseau d’Animateurs pour le Développement Intégré en Guinée  (RADIG)

Lieux de mise en œuvre : République de Guinée ; Guinée Forestière (Préfectures de N’Zérékoré, Beyla, Guéckédou et Lola)

La République de Guinée est un pays à forte tradition pastorale, disposant d’immenses potentialités naturelles grâce à la diversité de ses conditions agroécologiques. L’élevage demeure la deuxième activité du secteur rural après l’agriculture. Il concerne 283.000 éleveurs recensés en 2000 et leurs familles, dont les effectifs possédés en 2016 sont estimés à 6.759.000 bovins, 2.380.000 ovins, 2.851.000 caprins, 130.000 porcins et 30.000.000 de volailles.

Il procure des revenus à 30% de la population rurale. Les principales espèces élevées sont les bovins, ovins, caprins, porcins, volailles (local et améliorée). Le cheptel est presque exclusivement composé de races locales : bovins N’dama (99,9% des bovins), ovins et caprins Djallonkés (99,7%) caractérisées par leur rusticité, leur capacité à s’adapter à leur milieu et à valoriser les pâturages naturels et surtout leur résistance à la trypanosomose. Le secteur élevage en Guinée offre une opportunité d’amélioration de la production d’animaux  et de viande de qualité mais les principaux déterminants de l’inadéquation des pratiques pastorales sont : (i) la faible utilisation de races à haut potentiel de production ;(ii) la persistance de systèmes extensifs peu productifs ; (iii) l’insuffisance d’initiatives d’amélioration du système alimentaire des cheptels ; (iv) les difficultés d’accès et la cherté des produits vétérinaires cautionnant la non déclaration des maladies par les éleveurs ; (v) la fréquence des épidémies ; (vi) le faible niveau de structuration et de professionnalisation des organisations d’éleveurs leur permettant de défendre leurs intérêts ; etc.

La Guinée Forestière, zone du projet dispose de potentialités et d’un écosystème favorable au développement du sous-secteur d’élevage. De vastes pâturages et d’importantes matières premières pour la fabrication des aliments de bétails existent. En plus, la présence des cours d’eau à régime régulier peuvent favoriser l’aménagement de points d’abreuvement des animaux. En 2015, la région comptait 303 groupements d’éleveurs dans les filières bovines, porcines, de petits ruminants et de lait. En revanche, ces groupements ne sont pas suffisamment  structurés pour être plus solidaires, dynamiques et capables de défendre leurs intérêts. Aussi, l’analphabétisme, le manque de professionnalisme, la faiblesse des revenus et l’absence d’un système de crédit adapté limite considérablement les capacités d’intervention de ces organisations. L’effectif du cheptel est estimé à 218 454 bovins, 149 640 ovins et 171 318 caprins pour ne citer que ceux-ci (selon les données du Programme Prioritaire d’Appui au Développement Durable en Guinée Forestière (PPADD 2018-2020). Toutefois, l’absence de races améliorées est un facteur qui agit négativement sur la qualité de la production animale. En matière d’infrastructure d’accompagnement de la filière,  un déficit important est à combler. De façon générale, l’élevage crée peu d’emplois, et les acteurs subissent des pertes énormes liées à la santé animale entrainant un niveau insuffisant  de la productivité.

Objectifs: 

Objectif global 

L’objectif global est de contribuer à l’accroissement de la productivité et de la production agro-sylvo-pastorale à travers des systèmes de production diversifiés et durables.

Objectifs spécifiques :

  • Mobiliser un personnel qualifié de mise en œuvre ;
  • Renforcer la disponibilité et l’accès à une alimentation animale de qualité à moindre coût pour accroître la productivité et la rentabilité des élevages de bovins et de petits ruminants ;
  • Augmenter l’offre d’animaux à haut potentiel de production de viande et de lait ;
  • Développer des marchés de niche pour améliorer l’accès des consommateurs à la viande bouchère et de lait de qualité.
Budget: 
179 677,61 US$
Résultats attendus: 

Résultat 1 

Renforcement de la disponibilité et de l’accès à une alimentation animale de qualité à moindre coût pour accroître la productivité et la rentabilité des élevages de bovins et de petits ruminants.

  • Identification des groupements bénéficiaires à partir du répertoire existant au niveau de la DRE, présélection et évaluations des groupements d’éleveurs à travers la fiche d’évaluation rapide organisationnelle (ERO) ;

  • Appui à la structuration des groupements retenus qui seront au nombre de 16 ; 

  • Renforcement des capacités techniques et opérationnelles des 16 groupements bénéficiaires :

Résultat 2 

Augmentation de l’offre d’animaux à haut potentiel de production de viande.

  • Mise en place d’une ferme expérimentale  d’amélioration génétique des races locales bovine, caprine et ovine ;
  • Appui à la mise à disposition d’équipements et à l’installation d’infrastructures de base (parcs d’embonpoint, de construction des laiteries, de chambre froide, frigonette et de petits outillages) ;

Résultat 3 

 Développement des marchés de niche favorisant l’accès permanent des consommateurs à la viande bouchère. 

  • Accompagnement, Appui/conseil à la mise en place des réseaux de commercialisation de viandes et de lait (chaine de valeur) ;
  • Organisation d’un atelier de capitalisation des pratiques réussies du projet dans le cadre de la valorisation des bonnes pratiques issues du projet ;

  • Suivi  et évaluation des activités réalisés de façon quotidienne et par toutes les parties prenantes notamment les membres du consortium.
Partenaires Financiers: 
Direction de développement et de la coopération de la confédération suisse

Member Countries: