Label Bio au Faso : développement d'un Système Participatif de Garantie pour des comportements alimentaires sains et une agriculture résiliente.

Contexte: 

Le projet Label Bio du Faso s’appuie sur une initiative locale datant d’une dizaine d’année et émanant de quelques acteurs burkinabé pionniers de l’agriculture bio sur le territoire national. Petit à petit ils se sont mobilisés et organisés pour mettre en place un label burkinabé de l’Agriculture Biologique, s’appuyant sur un Système Participatif de Garantie, c’est-à-dire une méthodologie de certification par les pairs : les acteurs de la filière sont solidaires dans le développement de la filière et se contrôlent entre eux. Le présent projet a démarré après la première campagne de certification expérimentale et vise à faire émerger la filière biologique.

Le projet entend donc stimuler la demande de sorte qu’elle tire l’offre. En parallèle, le projet s’est construit en s’appuyant sur les compétences complémentaires des partenaires de mise en œuvre, des outils permettant à court et moyen terme de faire augmenter la production : outil de formation, outil organisationnel, développement de réseaux, etc…

Objectifs: 

Le projet se donne l’objectif de contribuer à une évolution des politiques burkinabè de sécurité alimentaire favorables à un développement rural durable misant sur la valorisation des ressources locales. Pour ce faire, le projet entend d’une part, favoriser l'adéquation entre une offre de production agrobiologique et la demande urbaine en produits alimentaires locaux sains et nutritifs. D’autre part, il s’agira d’accompagner la naissance du label Bio burkinabè et consolider le Système Participatif de Garantie (SPG) qui en sera l’outil de certification.

Budget: 
183 777.55€
Résultats attendus: 
  • L'existence d'un label bio Burkinabè renforce les règlementations nationales et contribue à une éducation populaire favorable à des bonnes pratiques alimentaires, en impliquant aussi les consommateurs dans le Système Participatif de Garantie du respect du standard;
  • Le nombre de producteurs pratiquant l'agro-écologie a augmenté grâce à un meilleur accès aux intrants agro-écologiques valorisant les ressources locales et à un renforcement des capacités dans le monde paysan;
  • Un système de distribution de produits agro-écologiques sous forme de paniers sécurise économiquement la production et stimule des pratiques de consommation alimentaire améliorées au niveau des foyers domestiques et d'établissements de Restauration Hors Foyers.

 

Réalisations majeures du projet :

 

  • Promotion de l’agriculture biologique comme catalyseur de changements de comportements de consommation alimentaire. (Cahier de charges, la Norme de l’agriculture biologique au Burkina Faso, Label Bio SPG…);
  • Augmentation de la production agrobiologique (Augmentation considérable du nombre de producteurs engagés dans l’agro écologie et la certification de par le SPG);
  • Consolidation de filières courtes de consommation par un système de distribution de paniers, (Exemple : ouverture officielle d’une boutique éco bio dans le quartier populaire de Gounguin à Ouagadougou.).

 

Impacts spécifiques sur les femmes, les enfants et les jeunes :

 

  • Le projet « Label Bio au Faso » vise différents bénéficiaires qui comprennent, pour beaucoup, une majorité de femmes. En effet, les fournisseurs des matières premières pour la fabrication d’intrants agro-écologiques sont soit des groupements de collectrices et transformatrices de PFNL (neem en particulier), quasiment exclusivement formés de femmes, soit des groupements agricoles pour les matières premières comme (le sorgho, l’ail et l’oignon) qui sont composés d’une proportion de femmes d’environ 50% en moyenne.
  • Les OP visées en tant que fournisseurs de paniers bio, au travers des champs écoles sont essentiellement des groupements maraîchers. Des champs écoles spécifiques aux cultures maraîchères sont réalisés et ont touché une grande partie des producteurs dont 90% de femmes. Des champs écoles portés sur les cultures pluviales sont mis en place et ont permis d’initier des producteurs sur les pratiques agro-écologiques dont la majorité des femmes.
  • Concernant les consommateurs ciblés, les femmes étaient visées en particulier du fait que ce sont elles, dans les foyers domestiques, comme dans la plupart des restaurants populaires, qui gèrent l’approvisionnement en aliments et qui cuisinent. Ce sont les cibles principales pour des paniers bio qui  généralement complètent ou substituent partiellement les pratiques de consommation habituelles, et rarement les remplacer complètement.
Partenaire Techniques: 
Le Conseil National de l’Agriculture Biologique, l’Association de Recherche et Formation en Agro-écologie et le Gio BioPtrotect.
Durée: 
Vendredi, 13 mai, 2016 - Dimanche, 12 novembre, 2017

Member Countries: