Date limite de soumission: 
25 décembre, 2020 - 16:00
Description: 

A l’issue d’un processus participatif et inclusif, la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est dotée en janvier 2005 d’une politique agricole commune, l’ECOWAP/PDDAA revu en 2015 pour l’horizon 2025 conformément à la déclaration de Malabo 2014 et des ODD. Sa mise en œuvre repose sur la coordination des échelles nationale et régionale d’intervention, à travers le développement de Programmes Nationaux d’Investissements Agricoles et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIA-SAN), et d’un Programme Régional (PRIA-SAN).

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP, le projet d’Amélioration de la Gouvernance de la Résilience et de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et de l’Agriculture Durable en Afrique de l’Ouest (PAGR-SANAD) a été formulé. Il s’agit d’un programme régional au profit des Organisations Inter Gouvernementales (CEDEAO, UEMOA, CILSS) et Organisations Professionnelles Régionales (OPR), financé par l’Union Européenne (Convention EU-CEDEAO-UEMOA). L’action vise principalement à l’amélioration de la gouvernance du domaine SANAD & Résilience en Afrique de l’Ouest et au Sahel : 15 pays de l’Afrique de l’Ouest et 2 pays du Sahel (Tchad, Mauritanie). Elle s’inscrit au titre de l’objectif 3.1 du Programme Indicatif Régional du 11eme FED pour l’Afrique de l’Ouest.

Le projet a pour objectif global de renforcer la gouvernance de la SANAD, afin d’assurer, face aux risques économiques et environnementaux, un meilleur accès à l’alimentation et un meilleur impact nutritionnel et de renforcer la résilience des populations vulnérables tout en favorisant une croissance économique et sociale inclusive.

Depuis le début de la mise en œuvre de ce projet, de nombreux efforts ont été consentis par les différents consultants recrutés ainsi que par le personnel de la Direction de l’Agriculture et du Développement Rural (DADR) pour aider à renseigner les informations en termes d'utilisation des fonds mais aussi de résultats atteints. Cependant, bien que ce projet ait des composantes de S&E bien définies, y compris le cadre de résultats, le cadre logique, les tableaux d'indicateurs, entre autres, le projet n'a pas un spécialiste de S&E à plein temps pour aider à surveiller et suivre la mise en œuvre ainsi qu'à préparer les rapports qui éclaireront la prise de décision.

A cet effet et pour assurer un suivi plus solide du projet, la DADR chargé de la mise en œuvre du projet au niveau de la Commission de la CEDEAO a l’intention d’utiliser une partie du financement du projet pour le recrutement d’un(e) Consultant(e) / Expert (e) en Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (SAN) chargé du Suivi de la politique SAN.

 

Tâches principales

Sous la supervision du Directeur de l'Agriculture et du Développement Rural et en collaboration avec d'autres composantes et partenaires du projet, l'Expert(e) en Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (SAN) chargé du Suivi de la politique SAN aura pour mandat de suivre et d'évaluer le projet PAGR-SANAD et d'assister la DADR & l’ARAA lors de la mise en œuvre des mécanismes ECOWAP/PDDAA, y compris tous les projets ECOWAP sous la gouvernance de la CEDEAO/DARD. Plus précisément, il exécutera les tâches et responsabilités suivantes :

  • Assurer l'alignement entre le cadre de résultats ainsi que le mécanisme de S&E du PAGR-SANAD et la planification globale de la DADR et les plans de travail annuels ;
  • Suivre la mise en œuvre du projet PAGR-SANAD et mettre en œuvre les activités de S&E, y compris la mise à jour du plan de suivi des performances, la collecte des données, la saisie des données, l'analyse et les rapports ;
  • Evaluer l'efficacité et l'efficience des activités, extrants et résultats du projet ;
  • Coordonner la gestion des données / informations à partir de tous les aspects du projet et assurer la production de rapports de suivi périodiques ;
  • Participer à la facilitation de la gestion de projet et au partage des connaissances, y compris la diffusion de divers documents de projet tels que les bulletins d'information, les réussites et d'autres documents connexes aux diverses parties prenantes si nécessaire ;
  • Effectuer d'autres tâches qui pourraient être assignées par l’Unité de gestion du projet mais sous la coordination de la Direction de l'agriculture et du Développement.

 

Qualifications, compétences et expériences

Les candidat(e)s doivent avoir les qualifications et expériences suivantes :

  • Etre titulaire d’un master en suivi et évaluation, en évaluation du développement, en agro économie, en développement international, en statistiques ou tout autre domaine connexe ;
  • Avoir au moins 5 années d’expériences dans un poste similaire dans une organisation de développement, une ONG internationale ou une institution/organisation de bonne œuvrant principalement dans le domaine de l’agriculture et du développement rural ;
  • Avoir une très bonne connaissance des enjeux et problématiques du secteur de l’agriculture dans l’espace CEDEAO ;
  • Démontrer d’une solide connaissance des approches en suivi et évaluation ;
  • Avoir une bonne maitrise des outils de technologie de l’information et de la communication ;
  • Etre apte à travailler en équipe multidisciplinaire et sous forte pression, en réseau et avoir le sens de l’organisation, de négociation et de construire le consensus ;
  • Avoir une bonne capacité à communiquer de façon orale, écrite et dans l’édition des documents scientifiques et d’ordre général ;
  • Être proactif et bien organisé avec une bonne capacité à planifier les tâches et à résoudre des problèmes ;
  • Etre âgé de moins de 40 ans, en excellente capacité physique pour de nombreux déplacements potentiels dans les Etats membres de la CEDEAO/UEMOA selon les besoins.

 

Langue

  • Avoir une maitrise parfaite d’une des langues officielles de la CEDEAO : Français, Anglais et Portugais. Une bonne connaissance écrite/parlée d’une deuxième langue sera un atout.

 

Lieu, Durée et début de la mission

  • Le consultant sera basé à Abuja au Nigéria, au niveau de la Direction de l’Agriculture et du Développement Rural (DADR) ;
  • La durée de la mission est douze (12) mois avec possibilité de renouvellement selon la disponibilité des fonds et la performance du consultant ;
  • La mission démarrera dans les deux semaines au plus tard suivant la signature du contrat de prestation de service intellectuel.

 

Dossier de candidatures

Le dossier de candidature est constitué :

  • Une lettre de manifestation d’intérêt, incluant le délai de disponibilité ;
  • Un curriculum vitae récent détaillant l’expérience professionnelle et les missions similaires ;
  • Trois références professionnelles (Noms et prénoms, fonctions actuelles, fonctions au moment de la collaboration avec le Consultant, email et contacts téléphoniques)
  • Copie certifiée du diplôme le plus élevé ;
  • Copie des attestations de travail ou de service rendus, énumérées dans le curriculum vitae.

NB : Tout dossier incomplet sera rejeté.

 

Dépôt des candidatures

Les candidatures sont reçues au plus tard le 25 décembre 2020 à 16 h 00 mn GMT, par dépôts en mains propres ou par courrier électronique aux adresses suivantes :

 

Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA),

83, Rue de Pâture, Lomé, Togo (sous pli fermé portant la mention : « Candidature Consultant, Chargé d’appui au suivi-évaluation /ARAA) »

procurement.consultants@araa.org

 

En objet : «Recrutement d’un(e) Consultant(e) / Expert (e) en Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (SAN) chargé du Suivi de la politique SAN »

 

NB : Les dossiers de candidatures qui ne porteront pas en objet la mention : « Consultant, Chargé d’appui au suivi-évaluation/ARAA», ne seront pas considérés.

 

Méthode de sélection

Le consultant sera sélectionné selon la méthode de sélection basée sur la qualification telle que définie dans le Code des marchés publics de la CEDEAO. Une séance d’interview pourra être organisée avec une short liste de consultants présélectionnés.

Seules les candidatures présélectionnées seront contactées. L’ARAA se réserve le droit de ne pas donner suite à cette manifestation d’intérêts.